• Titre: Everything, everything

    Auteure: Nicola Yoon

    Editions: France loisirs

    Nombre de pages: 363

    ISBN: 978-2-2981-2501-6

    Everything, everything de Nicola Yoon

    Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de "maladie de l'enfant-bulle".

    En gros, je suis allergique au monde. Je viens d'avoir dix-huit ans, et je n'ai jamais mis un pied dehors. Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l'observe, et nos yeux se croisent pour la première fois.

    Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre.

     

    J'ai lu ce livre parce que je mourrais d'envie de voir le film. Et je ne regrette pas du tout puisque ce fut une très bonne lecture.

    On suit Maddy, atteinte de la maladie de SICA, qui vient tout juste de fêter ses dix-huit ans. Sa vision du monde change lorsqu'une nouvelle famille vient habiter dans son quartier puisqu'elle rencontre à cette occasion Olly, un garçon de son âge. Sa façon de vivre est remise en question et elle se demande si une vie sans saveur à l'abris des dangers de l'extérieur vaut finalement le coût d'être vécue. Avec Olly, ils vont vivre des aventures qui lui paraissaient jusqu'alors impossibles.

    C'est vrai que de prime abord, j'ai eu l'impression que ce livre était un énième remake de Nos étoiles contraires de John Green. On y retrouve une adolescente malade qui va connaître ses premiers émois amoureux. Mais, globalement, la comparaison s'arrête là. Je trouve celui-ci plus léger mais pas ennuyant. Au contraire, cette lecture a été addictive. Je ne pouvais pas m'empêcher d'enchaîner les pages et d'y penser. L'histoire entre les deux personnages est très touchante et belle. Maddy évolue bien, ce qui lui permet de mettre de la distance avec sa mère, qui est finalement son seul référent. En ce qui concerne Olly, je l'ai trouvé attachant, avec son histoire familiale difficile.

    L'auteure est arrivée à me captiver grâce à une écriture fluide et légère. De plus, j'ai vraiment apprécié les petites illustrations que l'on retrouve tout au long de l'histoire. Je trouve que sa donne de la consistance au roman, ça lui confère un univers particulier.

    Enfin, le retournement de situation de la fin m'a complètement surprise! Je suis tombée dans le panneau sans m'en rendre compte et j'ai aimé ça. La tournure des événements fait que l'histoire a une vraie fin et que la boucle est bouclée.

    Si vous aimez les romans Young adult, vous ne pouvez pas passer à côté de celui-ci. Il est touchant sans tomber dans le pathos, addictif, il a une certaine originalité et les personnages sont attachants.

     

    XOXO

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Titre: L'écorchée

    Auteur: Donato Carrisi

    Editions: Le livre de poche

    Nombre de pages: 515

    ISBN: 978-2-2531-7912-2

    L'écorchée de Donato Carrisi

    Sept ans après s'être mesurée au Chuchoteur, Mila Vasquez travaille aux Limbes, le département des personnes disparues. Incapable d'éprouver la moindre émotion et portant dans sa chair la marque des ténèbres, Mila excelle dans la recherche de ceux qui, un jour, se sont évanouis dans la nature. Elle seule ne peut oublier ces "victimes potentielles d'homicides". Soudain, l'un deux réapparaît… et tue. Un à un, ceux dont les portraits ornent les murs des Limbes, reviennent, transformés en assassins. Epaulée par l'agent spécial Simon Berish, expert en interrogatoires et féru d'anthropologie, Mila devra échafauder une hypothèse convaincante, solide, rationnelle. Une "hypothèse du mal".

     

    Il s'agit de la suite du Chuchoteur de Donato Carrisi, thriller que j'ai adoré de par la psychologie mise en place et les thèmes abordés. Cette suite est dans la même lignée que le premier.

    En effet, on y retrouve la même dynamique même si je trouve celui-ci plus abouti. J'ai l'impression que l'auteur a bien mieux ficelé son histoire. On retrouve donc Mila, sept ans après son histoire avec le Chuchoteur, femme toujours meurtrie par son passé. Dans cette opus, elle m'a semblé plus fragile, ceci certainement expliqué par le fait qu'elle est à présent maman. Je ne me suis pas du tout ennuyée, d'ailleurs j'étais en train de tomber dans une panne de lecture et ce livre m'a redonné l'envie de me plonger dans un livre. Il me semble que c'est un assez bon indice pour déterminer si un livre est bon ou pas.

    Même si les thèmes abordés dans cette suite ne sont pas vraiment les mêmes que dans le premier, ils sont très intéressants et l'auteur est plutôt talentueux pour décrire l'aspect psychologique des personnages. On ne sait jamais qui est bon et qui est mauvais, et j'ai eu des doutes sur à peu près tout le monde. J'avais deux théories et elles se sont en partie avérées. 

    De plus, j'aime particulièrement le style de l'auteur car l'écriture est assez fluide mais en même temps, elle est très efficace. J'ai l'impression que chaque mot est réfléchi et calibré afin de nous emmener là où il le souhaite. Et ça marche vraiment bien avec moi.

    Enfin, j'ai particulièrement apprécié l'agent spécial Simon Berish que je considère comme LE personnage principal de ce roman. Il est intéressant car son statut de paria dans la police pause une ombre sur ce personnage et on ne sait pas vraiment comment se positionner vis à vis de lui. En tout cas pendant une bonne partie de l'histoire. Mila, quant à elle, est toujours un personnage que j'apprécie car elle est humaine et contrastée.

    Au vu de la fin creepy, j'ai hâte de lire la suite et de retrouver Mila. Donato Carrisi est un auteur que je vais suivre assidument. 

     

    XOXO

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Titre: La part des ombres tome 1

    Auteur: Gabriel Katz

    Editions: Scrineo

    Nombre de pages: 317

    ISBN: 978-2-3674-0443-1

    La part des ombres tome 1 de Gabriel Katz

    Jadis une terre de conquérants, la Goranie n'est plus aujourd'hui qu'un pays occupé, avec à sa tête un roi fantoche. Depuis dix ans, les Traceurs, peuple guerrier descendu des montagnes, font régner la discipline, le terreur et la corruption.

    L'ordre est ainsi maintenu, jusqu'au jour où tout bascule. Un homme qui se fait appeler le Fantôme se dit revenu d'entre les morts pour libérer le peuple… Mais il a besoin de mercenaires de haut niveau capables d'encadrer et de former les combattants contre les terribles guerriers de la Trace...

    C'est ainsi qu'entrent en scène trois personnages venus des quatre coins du monde: une maîtresse de guerre, un gladiateur de haute volée et… un beau gosse qui ne sait pas très bien comment il s'est fait entraîner là-dedans.

     

    Quel plaisir de retrouver la plume de Gabriel Katz! D'autant plus qu'il a eu la bonne idée d'intégrer dans cette saga des personnages de ses autres sagas. J'ai d'ailleurs retrouvé MON personnage préféré! Vous l'aurez compris, on est dans le même univers que pour les autres romans et on se retrouve dans le pays de Goranie où le roi n'a plus aucun pouvoir. Ce dernier est possédé par Ag Slegeth, un Traceur. 

    Si vous connaissez l'auteur, vous n'êtes pas sans savoir que celui-ci n'a aucun scrupule à démarrer ses romans avec une tuerie bien sanglante. Ce livre n'échappe pas à la règle. Ainsi, on entre complètement dans l'histoire dès les premières pages. Même si je trouve la trame moins complexe que pour les autres sagas, l'histoire est néanmoins intéressante. Le suspense est présent tout au long de la lecture et on ne cesse de vouloir connaître la suite. 

    Je suis plus que ravie de retrouver mes personnages chouchous. Je ne vous dirai pas de qui il s'agit parce que cela fait partie du charme, je trouve. Par ailleurs, ils s'intègrent parfaitement dans cette nouvelle intrigue et chacun à un rôle bien défini. D'ailleurs, il est intéressant de voir comment ils interagissent entre eux.

    Ensuite, Gabriel Katz a l'art et la manière de vous happer en multipliant les cliffhangers de fin de chapitre. La lecture est fluide et prenante. D'autant plus qu'aucun personnage n'est épargné. On est immergé dans une histoire de pouvoir, de légende et de vengeance, des thèmes prépondérants dans les histoires de l'auteur. Mais il a une façon bien singulière de dérouler les choses qui font de son style quelque chose d'unique. 

    Encore et toujours je vous conseille cet auteur, qui est en train de devenir un de mes préférés.

     

    XOXO

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • C'est la rentrée, et quoi de mieux que de commencer l'année avec un TAG PKJ bien sympathique? Ne perdons pas plus de temps et en avant les réponses!

    1. un livre dans lequel se déroule une rentrée scolaire

    Je ne peux pas ne pas citer un Harry Potter. Alors je choisis de vous parler  de Harry Potter et l'Ordre du phénix de J. K. Rowling parce que Harry y vit une rentrée particulière (encore plus que d'habitude) parce qu'il découvre pour la première fois les sombrals, ces créatures que seuls ceux qui ont vu la mort peuvent voir. En plus, Luna Lovegood fait son apparition. 

    2. un livre où l'intrigue se déroule dans une école surnaturelle

    C'est l'occasion de vous reparler de Nevermoor de Jessica Townsend, un roman jeunesse de qualité où l'on suit Morrigane Crow, cette petite fille de onze ans, maudite. Elle ne va pas vraiment intégrer une école surnaturelle mais plutôt une sorte d'institut où elle devra faire ses preuves afin de rester dans ce nouveau monde.

    3. un livre de la rentrée littéraire que vous avez envie de lire

    Le bal des folles de Victoria Mas me fait très envie. Apparemment, il parle de femmes enfermées à la Salpêtrière et traitées par le très célèbre Charcot. C'est une sujet qui m'intéresse beaucoup, aillant fait une licence de psychologie.

    4. un livre dans lequel un personnage déteste l'école

    Je n'ai vraiment aucune idée.

    5. un livre que vous avez étudié à l'école et dont vous gardez un bon souvenir

    Le 35 mai de Erich Kästner est, dans mon souvenir, mon premier livre étudié entièrement. c'était en cm1 et j'avais adoré son côté loufoque. 

    6. le premier livre que vous avez lu/lirez en rentrant de vacances

    J'ai attaqué le tome 2 de Soeurs sorcières de Jessica Spotswood. Comme l'automne arrive bientôt et que c'est ma saison préférée, quoi de mieux qu'un livre sur les sorcières pour se mettre dans le bon état d'esprit?

    7. un livre dans lequel un personnage doit travailler pendant que d'autres sont en vacances

    J'ai eu des difficultés à trouver et finalement, je suis retombée sur la série de manga Fruits Basket de Natsuki Takaya. Il me semble que Tohru Honda doit travailler pendant les vacances. C'est une saga commencée quand j'avais quinze ans et jamais terminée. Cette année est peut-être la bonne!

     8. un livre qui se déroule au moins partiellement en septembre

    Beaucoup de livres commencent en septembre, notamment ceux où les personnages principaux sont des étudiants. Alors je vous cite La magie de Paris de Olivier Gay, parce que ce dernier est un auteur français que j'adore.

    9. un livre d'un auteur français que vous aimez beaucoup

    Est-ce que je peux encore vous parler de Gabriel Katz sans me faire huer? C'est un auteur excellent que je vous conseille très (TRES!) fortement!

    10. un livre dans lequel le héros ou l'héroïne est surdoué.

    Pour finir ce tag sur une note un peu nostalgique et un peu à propos quant à ma vie (je suis enseignante), je cite Matilda de Roald Dahl, parce qu'elle est un personnage de la littérature que j'adore et que Roald Dahl, et bien, c'est Roald Dahl quoi! Il est quand même un des meilleurs auteurs jeunesse que je connaisse, si ce n'est le meilleur. 

     

    Maintenant que ce TAG est terminé, je vous souhaite une bonne rentrée! Et n'hésitez pas à partager vos réponses, parce qu'il n'y a jamais assez d'occasions de se donner de nouvelles idées de lectures.

     

    XOXO

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Titre: Adultère

    Auteur: Paulo Coelho

    Editions: Flammarion

    Nombre de pages: 312

    ISBN: 978-2-0813-3891-3

    Adultère de Paulo Coelho

    Linda a 31 ans et, aux yeux de tous, une vie parfaite: elle a un mari aimant, des enfants bien élevés, un métier gratifiant de journaliste et habite dans une magnifique propriété de Genève. Cependant, elle ne supporte plus de faire semblant d'être heureuse quand, en vérité, elle ne ressent rien d'autre qu'un sentiment grandissant d'apathie et d'indifférence. Jusqu'au jour où elle retrouve un ancien petit ami. Jacob est un homme politique de premier plan et, lors d'une interview, il éveille en elle un sentiment oublié depuis longtemps: la passion. Elle fera tout pour conquérir cet amour impossible et devra aller au plus profond d'elle-même pour enfin trouver le bonheur.

     

    Voici le troisième livre que je lis de cet auteur et j'ai plutôt été déçue. C'est un roman qui m'intriguait depuis plusieurs mois mais les avis mitigés me freinaient un peu. J'ai finalement eu envie de me faire mon propre avis, surtout que l'adultère n'est pas un thème que j'ai l'habitude de retrouver dans mes lectures.

    Tout d'abord, à mon avis, le titre n'est pas forcément bien choisi parce que le thème principal du roman est plutôt la dépression. Certes, Linda, le personnage principal, a une aventure extra-conjugale mais l'acte adultérin arrive assez loin dans l'histoire. Il permet une remise en question de Linda, qui se pose beaucoup de questions concernant son statut de femme, bien sous tout rapport.

    En parlant de Linda, je n'ai eu aucune empathie la concernant. Je ne suis pas arrivée à m'attacher à elle, et elle m'a même énervée à plusieurs reprises. Je ne comprenais tout simplement pas son raisonnement, contradictoire par moments. Par exemple, elle est assez au clair sur le fait qu'elle n'est pas amoureuse de son amant alors que, plus loin dans la lecture, elle nous parle d'amour. Je n'ai pas compris...

    En ce qui concerne le style, l'auteur a fait le choix d'introduire le dialogue en passant par son personnage principal, c'est à dire que Linda nous les relate, tout simplement. Je pense qu'il voulait que l'on soit exclusivement dans sa tête. Et bien ce procédé n'a pas fonctionné avec moi. J'étais encore plus déconnectée de l'histoire. Ce détachement fait que mon rythme de lecture était saccadé, je n'étais pas vraiment  intéressée par ce qu'il se passait. D'autant plus que le statut du personnage est à mille lieux du mien, ce qui accentuait ce sentiment de barrière entre elle et moi. Je n'ai tout simplement pas pu m'identifier et encore moins éprouvé de la compassion ou un quelconque sentiment à son égard. 

    Je pense être totalement passée à côté de cette lecture. Je n'ai certainement pas compris où voulait nous emmener Paulo Coelho. Ce n'est pas ce roman-là que je conseillerais, j'ai davantage apprécié L'Alchimiste.

     

    XOXO

         

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires