• Maman a tort de Michel Bussi

    Titre : Maman a tort
    Auteur : Michel Bussi
    Editions : Presses de la cité
    Nombre de pages : 509
    ISBN : 978-2-258-11862-1

    Maman a tort de Michel Bussi

    Rien n'est plus éphémère que la mémoire d'un enfant.
    Quand Malone, du haut de ses trois ans et demi, affirme que sa maman n'est pas sa vraie maman, même si cela semble impossible, Vasile, psychologue scolaire, le croit.
    Il est le seul... Il doit agir vite. Découvrir la vérité cachée. Trouver de l'aide. Celle de la commandante Marianne Augresse par exemple. Car déjà les souvenirs de Malone s'effacent. Ils ne tiennent plus qu'à un fil, qu'à des bouts de souvenirs, qu'aux conversations qu'il entretient avec Gouti, sa peluche. Le compte à rebours a commencé. Avant que tout bascule. Que l'engrenage se déclenche. Que les masques tombent.
    Qui est Malone ?

     

    Après avoir lu essentiellement de la romance (parce que j'en avais envie, parce que j'étais en vacances et parce qu'il s'agit de mon genre de prédilection), j'ai ressenti le besoin de me tourner vers d'autres lectures. Parce que, mine de rien, la romance c'est presque toujours pareil. J'avais dans ma pile à lire un roman de Michel Bussi que j'ai découvert en 2015 avec Un avion sans elle, que j'ai adoré. Je l'ai rencontré à la comédie du livre de Montpellier et à cette occasion, j'ai acheté son nouveau roman. Donc il m'aura fallu environ un an pour le sortir de ma pal. Pas que le résumé ne me tentait pas, au contraire. C'est d'ailleurs un résumé très allèchant où l'on perçoit un certain mystère. Et c'est ce que je recherche lorsque je lis un polar.

     

    L'écriture de Michel Bussi est toujours addictive. Je trouve sa façon d'imbriquer les événements très intelligente. Du début à la fin, on ne sait pas où il veut nous emmener et c'est jouissif. J'apprécie quand un polar part d'une situation complètement louffoque et surréaliste, puis que l'auteur, de par sa construction narrative, en arrive à une situation logique et pleine de bon sens.


    L'histoire de Malone n'est pas banale. Cet enfant de presque quatre ans, très intelligent pour son âge, confie au psychologue scolaire, Vasile, que sa mère n'est pas sa mère. D'ailleurs, il l'appelle Maman-da. J'ai aimé la façon dont sont traités les caractères des personnages, qui est somme toute bien pensée et réaliste. La psychologie est prépondérante dans ce récit. Au fil des l'histoire, on a de plus en plus d'indices concernant les relations entre chaque protagoniste, notamment entre Malone et ses parents. On comprend alors à quel point ce sont des éléments importants pour la suite.


    Marianne Augresse, quant à elle, est une femme flic qui veut montrer qu'elle en a autant qu'un homme. Cependant, elle s'avère plutôt fragile et un tantinet cœur d'artichaut je trouve. Cela la rendait quelque fois naïve à certains moments.


    En ce qui concerne le déroulement des événements, on est tenu en haleine tout le long car il se passe toujours quelque chose et on a des informations qui tombent régulièrement. Le rythme est donc soutenu et on ne peut s'empêcher d'émettre des hypothèses.


    Lors de la révélation, j'ai eu le même sentiment que pour Un avion sans elle. C'est une fin qui vaut le coup et qui n'est pas rocambolesque. Tout prend son sens d'une façon naturelle.

     

    En résumé, c'est un bon thriller, bien ficelé et bien construit, qui sort des sentiers battus de par son originalité. Michel Bussi est un auteur que je compte suivre encore un bon bout de temps.

    XOXO

    Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 22 Mai 2016 à 19:03
    Ce livre a l'air génial ! J'espère avoir l'occasion de le découvrir !
      • Mercredi 25 Mai 2016 à 21:58

        Oui, c'est un bon thriller. On peut maintenant le trouver en poche. D'ailleurs, les couvertures en poche de Michel Bussi sont vraiment belles.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :