• Titre: Les anges, tome 2; Affronter

    Auteure: Tina Ayme

    Editions: Hugo poche

    Collection: New romance

    Nombre de pages: 345

    ISBN: 978-2-7556-3755-7

    Les anges, tome 2 de Tina Ayme

    Mia se rapproche dangereusement de la bande des motards tatoués, qu'on appelle Les Anges.
    Chacun paraît cacher de terribles secrets, Ashton et ses bleus et cicatrices sur le corps, Gabriel, amoureux de Sloan, M. J. et ses absences inquiétantes, Zac et sa relation ambiguë avec son frère jumeau Killian…
    Les garçons se dévoilent peu à peu mais Mia est désarçonnée par le petit jeu cruel du chat et de la souris auquel ils semblent vouloir tous la soumettre. Alors, elle décide de rendre coup sur coup.
    Jusqu'à quel point jouent-ils avec elle ? Et qui est vraiment Isaac Miles ? Seulement un bad boy
    tatoué, collectionneur de filles ? Et comment nommer ce désir qui la consume et ravive tellement de douloureux souvenirs ?

    Voici la suite des aventures de Mia et Zac. A la fin du premier tome, l'autrice nous laissait sur une action en cours et nous avions donc un rapprochement entre nos deux personnages. On les retrouve donc, leur relation a un peu évolué même si on est encore dans le jeu du chat et de la souris.

    Pour le moment, je préfère ce tome-ci parce que j'apprécie énormément l'évolution de Zac, que j'ai trouvé attachant et doux. J'ai néanmoins un petit reproche concernant ceci, c'est que j'ai parfois eu l'impression qu'il ne s'agissait pas du même personnage. Il manque peut-être un peu de ce Zac dans le premier tome, où je l'ai trouvé trop caricatural et donc peu réaliste. En tous cas, la saga gagne en qualité.

    Ensuite, on avance petit à petit dans nos mystères, notamment celui autour de Lara. De plus, Tina Ayme nous propose des flashbacks très intéressants concernant la passé de Mia. On découvre alors Deacon, un personnage sombre et cruel.

    Je vous ai dit que le premier opus était assez introductif. En ce qui concerne cette suite, j'ai été assez satisfaite de la densité de la trame historique, même si on termine encore cette lecture sur une action en cours., chose que je n'aime pas. Heureusement pour moi, j'ai le tome trois, que j'attaque de ce pas!

    Par contre, je tiens à signaler qu'il y a des scènes assez dures à lire. Alors si vous êtes plutôt sensibles, je ne vous conseille pas forcément cette saga. Ou alors, passez les flashbacks, qui sont en italique dans le roman. 

     

    XOXO

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Titre: CultissimeCultissime de Mariana Zapata

    Auteure: Mariana Zapata

    Editions: J'ai lu pour elle

    Collection: Love Addiction

    Nombre de pages: 632

    ISBN: 978-2-2901-5944-6

    Cultissime de Mariana Zapata

    Lorsque Reiner Kulti, l'icone internationale du football, devient l'entraîneur de son club, Salomé exulte. Elle va côtoyer de près celui qu'elle vénère depuis toute petite et vivre un rêve éveillé! Mais, une semaine à peine après le début des entraînements, la désillusion est totale. Son héros se révèle distant, voire insaisissable. Comment Salomé a-t-elle pu fantasmer sur cet homme glacial? Hors de question pour autant d'abandonner la partie et de regagner le banc de touche. Car elle compte bien se dépasser pour impressionner le cultissime Reiner

    Il y a peu, je me suis abonnée à la box littéraire Le p'tit Colli. Pour le premier envoie, j'ai reçu ce roman qui était dans ma wishlist suite à la vidéo Youtube de Eléa Boulevard des passions. En général, j'ai les même goûts qu'elle alors j'avais vraiment envie de lire cette romance. Et bien c'est un coup de cœur!

    A priori, ce n'est pas vraiment une romance très originale. On suit Sal, une joueuse de football professionnelle qui va avoir comme entraineur son idole de jeunesse, Kulti, une star internationale à la retraite depuis deux ans. Il est connu pour avoir un très fort caractère, souvent exécrable. Vous imaginez bien que leur relation va être assez explosive. 

    Je ne saurais pas vraiment l'expliquer mais cette histoire m'a transportée. J'adorais y plonger et en même temps, j'avais peur de la terminer trop rapidement. Nos deux personnages sont attachants. Sal est une personnage féminin fort avec des valeurs. J'ai particulièrement apprécié sa relation avec son père; pour une fois qu'un personnage n'est pas nécessairement en conflit avec ses géniteurs. Quant à Kulti, c'est un con auquel on s'attache petit à petit, quand on en apprend plus sur sa vie (même si j'aurais souhaité en connaître davantage. A mon sens, il y avait matière pour tisser un peu plus sa toile.).

    Même si le roman est assez long, on ne s'ennuie pas. Il y a suffisamment de rebondissements intéressants pour que la lecture soit fluide et prenante. En même temps, je trouve que l'auteure a su assez bien calibrer la part de romance et le reste. Mis à part son histoire avec Kulti, la vie de Sal peut être un sujet de roman passionnant. J'ai beaucoup aimé découvrir l'envers du décors de ce milieu sportif. 

    Enfin, je me rends compte avec ce roman que j'adore le slow burn. Je n'ai jamais lu d'histoire aussi lente, mais en même temps, c'est ce qui a fait l'attrait du roman. C'est une romance "ennemies to friends to lovers". On suit notre couple, petit à petit, qui s'apprivoise, trèèèèès lentement. Je trouve que ça donnait vraiment un côté très réaliste. 

    Même après une semaine, je ne fais que penser à Sal et Kulti. C'est dire si leur histoire m'a plu. Alors sans gros mystère, je vous conseille ce roman, plein de valeurs et d'amour. 

     

    XOXO

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Titre: L'amant

    Auteure: Marguerite Duras

    Editions: France loisirs

    Collection: 50 ans

    Nombre de pages: 127 

    ISBN: 978-2-2981-6273-8

    L'amant de Marguerite Duras

    Roman autobiographique mis en image par Jean-Jacques Annaud, L'amant est l'un des récits d'initiation amoureuse parmi les plus troublants qui soit. Dans une langue pure comme son sourire de jeune fille, Marguerite Duras confie sa rencontre et sa relation avec un rentier chinois de Saigon. Dans l'Indochine coloniale de l'entre deux-guerres, la relation amoureuse entre cette jeune bachelière et cet homme déjà mûr est sublimée par un environnement extraordinaire. Dès leur rencontre sur le bac qui traverse le Mékong, on ressent l'attirance physique et la relation passionnée qui s'ensuivra, à la fois rapide comme le mouvement permanent propre au sud de l'Asie et lente comme les eaux d'un fleuve de désir. Histoire d'amour aussi improbable que magnifique, L'amant est une peinture des sentiments amoureux, ces pages sont remplies d'un amour pur et entier.

    En faisant mes achats trimestriels chez France loisirs, j'ai acheté ce classique paru pour fêter les 50 ans de ces éditions. Je n'avais jamais rien lu de cette auteure et je souhaitais la découvrir. J'avais envie d'une lecture légère et courte, alors je me suis lancée dans cette histoire où il est question d'une histoire entre une jeune fille de quinze ans et demi et un riche chinois. Je ne vais certainement pas me faire d'amis, mais j'ai détesté cette lecture.

    Tout d'abord, je pensais que j'allais lire une histoire d'amour. Je conçois que je n'ai peut-être pas tout compris, mais je n'en ai pas trouvé dans ce livre. En général, j'arrive à accrocher aux lectures qui présentent des histoires un peu (parfois beaucoup) borderline parce que, quand c'est dans un livre, disons que c'est plus tolérable. Mais là, j'ai trouvé la lecture dérangeante. Je pense que c'est dû au style de l'auteure qui utilise régulièrement des termes généraux pour parler de ses personnages. A mon sens, cela ne m'a pas permit de m'attacher à eux. Au contraire, je les ai trouvé un peu vides.

    D'ailleurs, en ce qui concerne la plume de Marguerite Duras, j'ai eu du mal. C'est assez décousu, tant au niveau de l'histoire que des procédés utilisés. Quand elle parle d'elle-même, elle passe de la première personne à la troisième, sans forcément de transition, alors parfois j'étais perdue. De plus, elle parle du présent, puis du passé et ensuite évoque le futur… Ces cent-vingt-sept pages ont vraiment été difficiles. 

    Je comprends tout à fait que l'on puisse aimer. C'est vrai que l'ouvrage a un côté assez poétique. Je pense que ma sensibilité et peut-être même le moment de la lecture ne m'ont pas permit d'apprécier ce roman. Une collègue m'a conseillé un autre ouvrage de l'auteure: La vie tranquille. Alors j'essaierai sans aucun doute cette lecture afin de ne pas rester sur cette note négative. 

    Euh… Je ne vous conseille pas ce roman. Je suis vraiment confuse et peinée mais je tiens à être sincère avec vous.

     

    XOXO

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • Titre: Les anges, tome 1; Oublier

    Auteure: Tina Ayme

    Editions: Hugo Poche

    Collection: New romance

    Nombre de pages: 303

    ISBN: 978-2-7556-3709-0

    Les anges, tome 1 de Tina Ayme

    Après un drame qui a bouleversé son existence et celle de sa famille, Mia est contrainte de quitter la charmante et pittoresque ville de Carmel, sur la côte californienne et débarque sur une petite île du Pacifique. Essayant d’oublier son passé douloureux, elle fait la connaissance d’un groupe de garçons mystérieux. Ils sont tatoués et motards, ils sont une famille mais ils sont aussi sombres, inquiétants et redoutés de tous. Emportée malgré elle dans un jeu malsain d’amitié forcée, Mia pourra-t-elle garder la tête hors de l’eau et ne pas se laisser aspirer vers le fond par des garçons aussi cruels qu’irrésistibles ? On les appelle les Anges, ils ont décidé de l’entraîner en enfer…

    Je suis dans une dynamique romance en ce moment. Je n'ai envie que de ça. On verra jusqu'à quand, en tout cas, pour l'instant, je passe de bons moments de lecture, sans prise de tête, mais qui me permettent de m'évader et qui sont intéressants.

    Pour ce qui est de ce premier tome de la saga Les anges de Tina Ayme, j'ai beaucoup aimé cette lecture, même si elle m'a laissé un peu frustrée; je n'aime pas particulièrement les "à suivre" en plein milieu d'une histoire.

    On suit Mia, une jeune fille qui déménage pour échapper à un passé que l'on devine chaotique. Elle retrouve alors son oncle et son île qui l'a vue naître. Elle loge dans une bâtisse que lui a trouvé son oncle et vraisemblablement, là est tout le cœur du problème: ça ne plaît pas à Zac et sa bande. C'est un groupe de jeunes motards qui fait la pluie et le beau temps sur l'île. Ils vont tout faire pour que Mia dégage de cette maison et cela de manière vraiment fourbe et cruelle.

    Je trouve l'histoire intéressante parce qu'il y a plein d'interrogations. Qu'est-il arrivé à Mia? Que cache le groupe concernant cette maison et la mort d'une des leurs? Pourquoi Zac est-il aussi sombre? Et beaucoup d'autres mystères encore. Par contre, il s'agit vraiment d'un tome introductif qui sert seulement, à mon avis, à poser ces interrogations-là. Même si l'auteure nous donne quelques réponses, j'aurais souhaité plus de pages afin que l'histoire soit plus développée. Là, j'ai vraiment eu l'impression que l'on restait en surface. C'est une saga à quatre tomes, alors peut-être que deux suffiraient? Je verrais la suite des lectures pour confirmer ou pas. 

    En ce qui concerne les personnages, Mia me parait être un personnage a priori dense. Elle est indépendante et forte. Donc c'est prometteur. Pour ce qui est de Zac, je ne sais pas encore. Il a des côtés qui me plaisent et d'autres un peu moins. Par exemple, je n'aime pas cette relation de harceleur/harcelée entre nos deux personnages. A voir comment leur relation va évoluer par la suite. 

    Pour un premier tome, c'est prometteur, même si j'aurais souhaité davantage de développement. Et je n'aime pas être arrêtée dans ma lecture, surtout au moment où l'action promet d'être intéressante. Pour moi, c'est n'est pas un cliffhanger. Je pense lire la suite très prochainement. 

     

    XOXO

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Titre: Call me by your name

    Auteur: André Aciman

    Editions: Le livre de poche

    Nombre de pages: 319

    ISBN: 978-2-2531-0067-6

    Call me by your name de André Aciman

    Je ferme les yeux et je suis de nouveau en Italie, il y a tant d’années ; je marche vers l’allée bordée de pins, je le regarde descendre du taxi : ample chemise bleue, col ouvert sur la poitrine, chapeau de paille, toute cette peau nue… Soudain il me serre la main et me demande si mon père est là. »
    1983. Pour Elio, c’est l’été de ses 17 ans. Ses parents hébergent Oliver, un jeune universitaire, dans leur villa en Italie. Entre les longs repas, les baignades et les après-midi sous la chaleur écrasante, commence une partie de cache-cache avec cet Américain brillant et séduisant. Un temps fait d’attente, d’espoirs, de doutes et de rejet. Avant que tous deux cèdent à ce sentiment plus grand qu’eux.

     

    Il y a peu, je me suis souvenue que je souhaitais voir le film Call me by your name, sorti en France en 2018 avec Armie Hammer et Timothée Chalamet. J'ai tout fait pour le voir et ce fut un gros coup de cœur. Il est devenu littéralement une obsession; je ne pensais qu'à le revoir, en écouter la bande originale et m'imprégner le plus possible de cette histoire. Alors, j'ai acheté le roman et me suis plongée dedans complètement. 

    Dans ce livre, on va suivre les pensées de Elio, qui se remémore son histoire avec Oliver, un universitaire américain hébergé durant un été dans leur maison de vacances en Italie. Ce choix permet au lecture de s'immerger complètement dans cette histoire. J'avais l'impression que Elio me parlait. De plus, la construction du roman est particulière puisqu'il n'y a pas de chapitres mais des parties. Cela n'a pas gêné ma lecture puisque il y a suffisamment de coupures pour ne pas se sentir frustré. 

    Même si ça n'est pas un coup de cœur, j'ai adoré ce roman, son ambiance emprunte de chaleur et de langueur. J'entendais le chant des cigales et le parfum de l'été. André Aciman a su retranscrire ces petits moments estivaux en si peu de mots. 

    Grâce au roman, j'ai mieux compris certaines scènes du film qui me paraissaient parfois décousues. Comme on est immergé dans la tête de Elio, on comprend mieux sa logique et ce qu'il ressent. Je pense à une scène en particulier, où je ne comprenais pas pourquoi il pleurait. Maintenant oui. 

    Le style de l'auteur est assez intéressant car il est simple mais en même temps tellement bien construit. J'ai trouvé certaines phrases très poétiques et très littéraires. Par ailleurs, il va au bout de sa pensée, ainsi, c'est un texte souvent cru et percutant. Il n'a pas peur de dire clairement les choses, ce qui peut donner un sentiment de malaise au lecteur. Je rappelle que l'on est dans la tête de Elio, dans les souvenirs d'un adolescent de dix-sept ans, humain et imparfait, qui se pose beaucoup de questions sur ce qu'il est et ce qu'il veut. 

    Une très forte sensualité se dégage de ce roman. On est presque dans une lecture initiatique sur la recherche de la sexualité. Mais en même temps, j'ai trouvé Elio très mature à ce niveau-là, où, à travers ses questionnements concernant Oliver, il est dans la recherche de qui il est, et pas seulement au niveau de sa sexualité. 

    Ce roman fut presque un coup de cœur mais il n'en est pas un parce que j'ai vu le film avant. J'ai trouvé le final plus percutant dans le film alors que le livre va plus loin. J'aurais souhaité ne pas connaître certaines choses. Et puis, il y avait parfois quelques longueurs où je ne savais pas où l'auteur voulait nous mener. Je pense être passée à côté de quelques réflexions. Mis à par cela, c'est un roman qui m'a emportée et qui a nourri mon appétit de lectrice.

    Je vous le recommande chaudement.

     

    XOXO

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire