• La servante écarlate de Margaret Atwood

    Titre: La servante écarlate

    Auteure: Margaret Atwood

    Editions: Pavillons poche

    Nombre de pages: 511

    ISBN: 978-2-2212-0333-0

    La servante écarlate de Margaret Atwood

    Dans un futur peut-être proche, dans des lieux qui semblent familiers, l'Ordre a été restauré. L'Etat, avec le soutien de sa milice d'Anges noirs, applique à la lettre les préceptes d'un Evangile revisité. Dans cette société régie par l'oppression, sous couvert de protéger les femmes, la maternité est réservée à la caste des Servantes, tout de rouge vêtues. L'une d'elle raconte son quotidien de douleur, d'angoisse et de soumission. Son seul refuge, ce sont les souvenirs d'une vie révolue, d'un temps où elle était libre, où elle avait encore un nom. Une œuvre d'une grande force, qui se fait tour à tour pamphlet contre les fanatismes, apologie des droits de la femme et éloge du bonheur présent.

     

    Cette fois-ci, je me suis lancée dans une œuvre classique dystopique. Je ne connaissais cette auteure que de nom et j'avais hâte de voir de quoi elle était capable. C'est maintenant chose faite et je ne regrette pas du tout.

    C'est un roman paru la première fois dans les années quatre-vingt. On se retrouve donc dans une histoire qui se déroule aux alentours de fin quatre-vingt, début des années quatre-vingt-dix. On est aux Etats-Unis, du moins ce qu'il en reste, puisque l'ancien gouvernement a été totalement démantelé. Nous nous trouvons donc dans une nouvelle société où la place de la femme est complètement redéfinie. En effet, elle n'a pour ainsi dire plus aucun droit. On suit Defred, qui est une servante écarlate. Son rôle, dans cette société, est de procréer. C'est une femme qui est littéralement possédée par une famille qui ne peut pas faire d'enfant.

    Qu'on se le dise dès le début, j'ai beaucoup aimé cette lecture, et ce pour plusieurs raisons. Tout d'abord, l'histoire en elle-même est intéressante. J'aime les lectures où l'on se pose des questions sur notre société en passant par des chemins de traverse. C'est une dystopie qui n'est pas complètement coupée de notre réalité. Ce que l'on lit dans ce roman est tout à fait plausible. C'est en cela que l'on remet en question ce que nous vivons chaque jour.

    De plus, le personnage de Defred nous raconte son histoire, avec ses mots, ses émotions, son expérience. Je trouve que c'est un très bon choix de la part de l'auteure parce que j'ai vraiment eu l'impression d'être dans la tête de cette servante, qui cherche par tous les moyens de ne plus rien ressentir. Cela donne un style très intéressant. De prime abord, l'écriture peut paraître fade mais finalement, en tant que lecteur, on comprend que ce personnage féminin fait tout pour se détacher de sa situation qui est plus qu'insupportable.

    Enfin, j'ai beaucoup aimé le déroulement de l'histoire et les aller-retours entre la vie présente de Defred et ce qu'elle était avant. Cela permet de donner quelques informations concernant les événements qui ont bouleversé le quotidien des femmes américaines.

    Ce fut donc une lecture intéressante qui m'a permit de me poser des questions, notamment sur ma condition de femme. Même si ce roman est paru il y a une trentaine d'année, je suis convaincue qu'il est toujours d'actualité et que c'est une lecture qui pourrait intéresser tout le monde, ne serait-ce que pour prendre conscience de certains choses. Je vous le recommande donc. Bonne lecture!

     

    XOXO

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :