• Titre: Je peux très bien me passer de toi

    Auteure: Marie Vareille

    Editions: France Loisirs Poche

    Nombre de pages: 333

    ISBN: 978-2-2981-5535-8

     

    Je peux très bien me passer de toi de Marie Vareille

    Chloé, 28 ans et parisienne jusqu'au bout des ongles, enchaîne les histoires d'amour catastrophiques. Un jour, elle conclut un pacte avec son amie Constance. Chloé devra s'exiler  en pleine campagne avec l'interdiction d'approcher un homme et réaliser son rêve de toujours: écrire un roman. Constance, incorrigible romantique, s'engagera à coucher dès le premier soir avec un parfait inconnu. 

    De Paris aux vignobles du Bordelais en passant par Londres, cet étrange pari entraînera les deux amies bien plus loin que prévu… Réussiront-elles à tenir leur engagement?

     

    J'ai adoré la plume de Marie Vareille dans sa saga Elia la passeuse d'âmes, de la dystopie comme je les aime. Alors je souhaitais la découvrir à travers son genre de prédilection, la chick-lit. C'est maintenant chose faite et cette auteure confirme son talent d'écrivain; j'ai passé un très bon moment de lecture.

    On va suivre deux nouvelles amies, Chloé, une parisienne encore amoureuse de son ex qui enchaîne les histoires sans lendemain, et Constance qui, après une rupture somme toute conventionnelle, n'arrive pas à se lâcher et sa période de no-sexe-land commence très sérieusement à l'inquiéter. Elles vont donc décider de changer les choses et Chloé va chez l'oncle de Constance, à Château-Lyran, où elle a pour mission d'écrire son premier roman et ne surtout pas avoir de relation, alors que Constance doit prendre des cours de séduction avec Baby-Doll, une blonde sûr d'elle.

    J'ai adoré le fait de suivre ces deux personnages. J'avais peur de ne pas accrocher à l'une des deux protagonistes, mais elles sont toutes les deux attachantes à leur manière. Constance m'a un peu fait penser à Britget Jones car je l'ai trouvée complètement loufoque et fantasque. Elle m'a fait rire à de nombreux moments. Quant à Constance, même si au début j'étais dubitative, elle s'avère finalement intéressante et pas si cruche que ça.

    L'auteure a su passer d'une histoire à l'autre sans que l'on soit frustré. C'est comme si chaque événement se répondait. De plus, elle a fait le choix de modifier un peu la narration avec l'utilisation d'un journal intime pour Constance. Je trouve que cela apportait du ryhtme. 

    Il y a de nombreux quiproquos dans ce roman, certains gros comme une maison et d'autres plus subtils, ce qui fait qu'il y a de nombreux rebondissements. Les fins ne sont pas étonnantes, au contraire, mais finalement, je n'aurais pas souhaité que le roman se termine différemment. J'ai particulièrement aimé l'atmosphère qui se dégage de ce livre, peut-être grâce aux cadres choisis. Je me suis vraiment crue à Château-Lyran avec Chloé. Les personnages secondaires n'y sont certainement pas pour rien, notamment, l'oncle de Constance, qui est l'instigateur de plein de situations dans cette histoire. En parlant de personnages, je suis en amour avec Vincent. J'adore ce genre de personnage, sombre, torturé ce qu'il faut, énigmatique et brut. 

    Marie Vareille excelle avec les dystopies. Je sais maintenant qu'elle excelle aussi dans les romances. J'ai hâte de découvrir ses autres romans.

     

    XOXO

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Titre: d'un commun accord

    Auteure: Sophie Jomain

    Editions: J'ai lu

    Nombre de pages: 445

    ISBN: 978-2-2900-9845-5

    D'un commun accord de Sophie Jomain

    « Jane, que serais-tu prête à faire pour expier tes fautes ? »

    Escroc, voleur, menteur, tricheur… Les adjectifs n’ont jamais manqué pour définir Martin Legrand.

    Égoïste, vénale, jalouse, sournoise, des épithètes qui ont toujours collé à la peau de Jane Stewart. Mais cette fois, elle est prête à se faire pardonner. Ils reprendront les choses là où ils les avaient laissées. Avant l'accident, avant que leur vie ne vole en éclats.

     

    Cet opus est un tome compagnon de Cherche jeune femme avisée où l'on retrouve Jane, l'amie d'Adrien, et Martin, l'ex-collègue de Gabi. J'avoue que je ne me souvenais pas vraiment du premier roman, mais cela ne m'a pas gênée pour comprendre cette suite. Sophie Jomain nous donne suffisamment de rappels pour que l'on puisse comprendre les liens entre les personnages.

    C'est une romance somme toute assez basique même si le point de départ est assez original car les deux protagonistes principaux se connaissent déjà puisqu'ils étaient déjà amants. Par contre, leur histoire commence avec un accident de voiture où Martin va perdre une jambe et tout sera de la faute de Jane, qui était au volant de la voiture.

    Trois ans plus tard, Jane est obligée de revenir en France où elle va devoir se confronter à Martin, qui la déteste au plus haut point et il va faire en sorte de lui faire payer son accident. Ce point-là était plutôt intéressant sauf que Martin est horrible avec Jane, alors j'ai eu du mal à éprouver de l'empathie pour lui. Par ailleurs, Jane est une femme forte sauf quand elle a affaire à Martin. Son côté soumise et résigné m'a laissée un peu perplexe. J'avais parfois envie de la secouer. 

    Mis à part ce point, j'ai passé un bon moment de lecture. Sophie Jomain a l'art de manier les mots et je suis constamment transportée. Petit détail concernant l'écriture, je trouvais qu'il y avait beaucoup de narration et que les dialogues étaient utilisés avec parcimonie. D'habitude, c'est un procédé qui me dérange parce que cela a tendance à alourdir le style, mais dans ce cas-là, cela permettait de bien comprendre ce que pensaient et éprouvaient les personnages. 

    J'ai donné une assez bonne note au roman (3.75/5) mais la personnalité de Martin était parfois trop problématique pour moi. C'est pourquoi je n'ai pas mis 4. Je lirai la suite sans aucun soucis, d'autant plus que j'apprécie Antoine, l'ami de Jane.

     

    XOXO

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Titre: My escort love, tome 1

    Auteure: Laura S. Wild

    Editions: Hugo Roman

    Collection: Fyctia

    Nombre de pages: 431

    ISBN: 978-2-7556-2940-8

    My escort love tome 1 de Laura S. Wild

    Constance Pradel est jolie, un peu timide et passionnée de dessin. Elle est aussi mal dans sa peau et entretient une relation compliquée avec son père. Et elle est surtout… vierge. Complexée par cette situation et poussée par Sophia, sa fidèle et déjantée meilleure amie, elle décide de faire appel à un Escort boy pour y remédier. C'est ainsi que le ténébreux Noah entre dans sa vie…

    Beau, charmeur et sûr de lui, Noah mène sa vie comme bon lui semble. Escort boy depuis plus de trois ans, il assume pleinement son mode de vie et sa profession dérangeante. Jusqu'au jour où sa route va croiser celle de Constance.

    Les fêtes arrivent bientôt et quand arrive cette période j'ai très envie de me plonger dans de la romance. Je n'avais pas envie de continuer une saga déjà entamée alors comme j'ai acheté il y a peu les deux premiers tomes de la saga My Escort love, je me suis dit que c'était l'occasion de découvrir Laura S. Wild, car j'attends beaucoup parler d'elle, notamment de la part de Ludo de la chaîne Youtube Prends un livre et détends toi

    D'après la quatrième de couverture, c'est de la romance assez basique puisque l'on va suivre Constance, une étudiante en droit de 21 ans. Elle est complexée parce qu'elle est encore vierge alors elle n'arrive pas à créer des liens avec les garçons. Sa meilleure amie, Sophia, va lui proposer de régler la situation avec un Escort boy, et Constance va finir par accepter.

    Même si certains points m'ont gênée, comme le fait que l'on parle de protitution sans évoquer le fait que c'est illégal (l'histoire se déroule en France), ou encore lorsque l'auteure utilise des procédés trop faciles pour résoudre certaines situations, j'ai réussi à les mettre de côté et à apprécier ma lecture. 

    Je trouve que les personnages sont intéressants, notamment Constance car, à travers elle, on comprend que certaines personnes peuvent ressentir de l'anxiété et quels en sont les mécanismes. Ce personnage évolue bien même si au milieu de ma lecture, Constance m'agaçait un peu parce qu'elle se faisait trop de films sans trop réfléchir. Quant à Noah, je l'ai apprécié aussi même si je l'ai trouvé un peu trop gentil et parfait. Il manquait de profondeur. 

    L'histoire est prenante, surtout à la fin, mais elle manquait d'originalité. J'ai deviné toutes les ficelles puisque ce sont celles que l'on retrouve quasiment tout le temps dans les romances. Mais, j'ai apprécié le fait que l'histoire se déroule en France car cela permet de mieux d'identifier aux personnages et de les rendre plus réels, plus vraisemblables. 

    A vrai dire, quand je lis de la romance, je ne recherche pas forcément l'originalité, au contraire, j'attends certains clichés. Je veux ressentir des choses à travers les personnages et ce qui leurs arrive et, finalement, Laura S. Wild y ait très bien arrivé, puique j'ai passé un bon moment de lecture. 

    Je ne sais pense pas lire de suite le tome deux car on suit nos deux personnages alors que j'aurais préféré suivre deux autres personnages, comme Sophia et Arthur ou Aaron. Mais j'essairai de ne pas trop tarder afin de ne pas oublier l'histoire, comme cela m'arrive trop régulièrement ces temps-ci ^^.

     

    XOXO

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Titre: Un si petit oiseau

    Auteure: Marie Pavlenko

    Editions: Flammarion

    Nombre de pages: 386

    ISBN: 978-2-0814-4384-6

    Un si petit oiseau de Marie Pavlenko

    Elle ferme les yeux, écoute la nuit, elle sent battre le coeur de la Terre, sous elle, celui des hommes, des arbres, des animaux, ce coeur nocturne qui bat depuis le commencement, qui battra après elle. Elle appartient à ce monde immense. Et son bras, peut-être, alors, est dérisoire.

     

    J'ai rencontré Marie Pavlenko à la Comédie du Livre 2019 et j'hésitais entre toutes ses parutions. Elle m'a donc dit de lire les premières pages de ses romans afin que je me décide. Un si petit oiseau est celui que j'ai choisi.

    On suit Abi, une jeune adolescente de dix-neuf ans qui a perdu son bras dans un accident de voiture. Elle qui voulait devenir vétérinaire, son rêve s'écroule et elle coupe les ponts avec ses anciens amis car elle vit très mal le regard des autres. Mais un jour, elle reçoit un mystérieux paquet où il y a un livre à l'intérieur, La main coupée de Blaise Cendrars, un écrivain et poète suisse.

    Il s'agit d'un livre Young adult où il est question d'image de soi, de reconstruction, d'amitié et d'amour. J'avais peur que l'on tombe dans une lecture trop pathos mais l'auteure arrive avec brio à nous expliquer les faits sans pour autant trop les exacerber. Oui c'est triste, oui Abi est dans une situation plus que compliquée où tous ses repères sont floutés, mais en même temps, les personnages rendent la situation plutôt belle. D'ailleurs, j'ai adoré le papa perché et la tante loufoque. Même si ce sont des personnages assez drôles, on sent que ce qui arrive à Abi les touche profondément. Mais ils essaient de trouver des parades afin qu'elle voit le monde différemment. De plus, j'ai apprécié la relation entre Abi et sa mère. Cette dernière a vécu le pire avec elle et elle souhaite que sa fille se reconstruise. Le seul personnage qui m'a laissé un peu dubitative est Millie, la sœur d'Abi. L'auteure aurait pu aller plus loin la concernant.

    Maintenant, je me dois de donner mon avis sur Aurèle. Je l'ai apprécié parce qu'il n'a aucun a priori. De plus, il est présent quand il le faut et sa passion pour les oiseaux en fait un  personnage très intéressant. J'ai moins aimé la passerelle entre le passé et le futur car cela me paraissait trop gros, peu réaliste, même si cela donnait une touche poétique à l'histoire. Il fait parti des personnages qui nous montrent que les fêlures ne sont pas toujours visibles et Marie Pavlenko a bien fait d'intégrer cette idée. 

    Ensuite, le style de l'auteure est simple et efficace. Elle n'utilise pas de fioritures dans son écriture et sa plume est percutante. Elle va à l'essentiel, les phrases sont courtes et modestes et chose que je n'apprécie pas d'habitude mais qui a donné du corps au style, ce sont les répétitions, notamment des prénoms.

    En somme, j'ai apprécié cette lecture de part son sujet qui est plutôt original. Je suis agréablement surprise par la plume de Marie Pavlenko et si vous êtes à la recherche d'un bon roman Young adult, vous pouvez mettre celui-là dans votre wishlist.

     

    XOXO

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Titre: Psi Changeling, tome 1; Esclave des sens

    Auteure: Nalini Singh

    Editions: Milady

    Collection: Bit-Lit

    Nombre de pages: 412

    ISBN: 978-2-8112-0626-0

    Psi Changeling tome 1 de Nalini Singh

    Lucas Hunter est en chasse. Une de ses compagnes de meute a été assassinée et l'homme panthère ne reculera devant rien pour capturer son meurtrier, même s'il doit séduire Sascha Duncan, la froide Psi. Pourtant, l'homme comme sa bête ne peuvent s'empêcher d'être immédiatement fascinés par la jeune femme. Une terrible guerre est sur le point d'éclater, mais c'est la bataille qui fait rage dans le coeur de Sascha qui pourrait tout changer. Les siens ont éradiqué leurs émotions depuis des générations. Sascha, elle, est différente. Et le tourbillon de sensations qui l'emporte quand elle est en compagnie de cet inquiétant prédateur pourrait bien précipiter sa chute. 

    J'avais le désir de me plonger dans de la Bit-Lit, et comme j'avais ce premier tome dans ma pile à lire, je n'ai pas hésité. C'est Patatras, booktubeuse, qui m'avait donné envie de lire cette saga. J'ai lu le premier tome de Chasseuse de vampires de la même auteure, mais j'avoue ne pas avoir beaucoup de souvenirs, seulement que j'avais bien apprécié la plume de Nalini Singh.

    Pour ce premier opus, nous découvrons le nouveau monde avec ses nouvelles races d'êtres-humains (même si les humains tels que nous existent encore): les changelings, qui sont des métamorphes, et les psis, qui sont des êtres dénués de sentiments. On est donc plongé dans un futur assez proche (2079) où chacun essaie de cohabiter avec les autres. L'histoire commence vraiment quand on apprend que des femmes métamorphes ont été enlevées et tuées. 

    Sascha, psi de son état, doit travailler en étroite collaboration avec Lucas, le chef de meute de Darksider, un groupe de métamorphes qui se transforme presque exclusivement en panthères. Sascha est une psi très particulière puisqu'elle éprouve des sentiments, ce qui est considéré comme une tare chez son peuple. Elle tente de les cacher à sa mère, qui fait parti du conseil des psis. Sascha va devoir aider Lucas à retrouver une métamorphe qui appartient à une meute de loups si elle souhaite éviter une guerre qui mettra en péril la cohabitation de tous. 

    Toute la partie de l'enquête était très intéressante et addictive. Même s'il n'y avait pas vraiment de mystère concernant le coupable des meurtres, il était passionnant de découvrir comment Sascha allait se sortir indemne de toute cette histoire. Par contre, j'ai trouvé le dénouement un peu bâclé et l'auteure a usé de facilités narratives qui ont cassé mon rythme de lecture. J'ai regretté ne pas avoir assisté à une scène de fin qui me paraissait importante (ceux qui ont lu le livre me comprendont).

    Somme toute, la mythologie autour des trois espèces est intéressante, notamment pour un premier tome. J'ai hâte d'en découvrir davantage sur ce nouveau monde. 

    En ce qui concerne les personnages, j'ai adoré suivre l'évolution de Sascha tout au long de ce tome car elle lutte constamment contre sa vraie nature. L'auteure a bien retranscrit ce que l'on pourrait ressentir à sa place. Pour être plus claire, j'ai trouvé cela cohérent. Quant à Lucas, il est typiquement le mâle alfa auquel je m'attendais, et ça ne m'a pas dérangée, au contraire.

    Enfin, j'avais peur de me retrouver dans de la bit-lit farouchement érotique, mais les scènes de sexe étaient utilisées avec parcimonie; juste ce qu'il fallait de sexy. J'ai apprécié la relation entre nos deux protagonistes même si la transition entre "on est collègue" et "on est en couple" était trop brutale à mon goût. 

    En bref, j'ai passé un très bon moment de lecture et j'espère me plonger rapidement dans la suite des aventures des changelings.

    Si vous aimez la bit-lit, la romance et les enquêtes, ce roman vous plaira certainement. J'ai clairement l'impression que Nalini Singh maîtrise bien son sujet.

     

    XOXO

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique