• Titre: Un palais d'épines et de rosesUn palais d'épines et de roses de Sarah J. Maas

    Auteure: Sarah J. Maas

    Editions: France loisirs

    Nombre de pages: 521

    ISBN: 978-2-2981-3646-3

    Un palais d'épines et de roses de Sarah J. Maas

    En chassant dans les bois enneigés, Feyre voulait seulement nourrir sa famille. Mais elle a commis l'irréparable en tuant un Fae, et la voici emmenée de force à Prythian, royaume des immortels.

    Là-bas, pourtant, sa prison est un palais magnifique et son geôlier n'a rien d'un monstre. Tamlin, un Grand Seigneur Fae, la traite comme une princesse.

    Et pourquoi lui et sa cour se cachent-ils derrière des masques? Quel est le mal qui ronge son royaume et risque de s'étendre à celui des mortels?

    A l'évidence, Feyre n'est pas une simple prisonnière. Mais comment une jeune humaine d'origine aussi modeste pourrait-elle venir en aide à de si puissants seigneurs? Sa liberté, en tout cas, semble être à ce prix.

     

    Depuis le premier mai, vous n'êtes pas sans savoir (si vous suivez assidûment le blog) que je participe au challenge instauré par Pikiti Bouquine, Le mois de la Fantasy. A cette occasion, j'ai donc pu lire le premier tome de la saga de Sarah J. Maas, Un palais d'épines et de roses. Et qu'elle lecture! C'est tout simplement un gros coup de cœur!

    J'adore les contes, j'adore les réécritures et ce roman reprend la trame de La belle et la bête, une de mes histoires préférées. Que demander de plus? J'avoue que j'avais néanmoins un peu peur parce que j'ai vu beaucoup (mais VRAIMENT beaucoup) d'avis positifs concernant ce livre alors l'appréhension d'une déception gravitait autour de moi. Somme toute, Sarah J. Maas a su trouver les mots pour happer le lecteur. Même si elle garde l'essentiel de l'histoire de La belle et la Bête, elle se permet quelques libertés qui donnent de l'intérêt à ce livre.

    On est plongé dans un univers où les immortels et les mortels ne vivent plus ensemble. Au tout début de l'histoire, on suit Feyre qui doit chasser pour nourrir sa famille, son père et ses deux sœurs. Ils habitent donc dans un village sur les Terres des mortels. Ils vivent dans la misère depuis que leur père a fait faillite. Les relations sont assez tendues car Feyre est assez différente de ses sœurs et le père a un côté quelque peu lâche. Par la suite, le lecteur est immergé dans le Monde des immortels et il va rencontrer différentes créatures et découvrir des paysages hors du commun. Personnellement, j'étais complètement dans l'histoire. 

    Les personnages sont intéressants car on découvre petit à petit qu'ils sont plutôt complexes et tout ce que l'on savait d'eux n'est pas immuable. Cela concerne aussi Feyre qui n'est pas une héroïne toute lisse. Elle m'a parfois agacée mais en même temps, ça lui donnait un côté humain. J'ai adoré Lucien, un personnage à l'humour mordant. Et peut-on maintenant parler de Tamlin?! Je m'excuse par avance, mais je vais faire ma fangirl de base. Mon cœur de midinette est tombé sous son charme. Tout comme Feyre, il m'a ensorcelée. J'adhère complètement à son caractère et à son histoire. D'autres personnages font leur apparition tels que Rhysand et Amarantha. L'auteure n'épargne pas du tout ses personnages ce qui donne vraiment du relief au roman. 

    Cela faisait un moment que je n'avais pas laissé trainer une lecture juste pour le plaisir d'être plongée le plus longtemps possible dans son univers. Je suis passée par différentes émotions comme la joie, la peur, le dégoût, la tristesse... L'auteure va assez loin lorsqu'il s'agit de torturer ses personnages. D'ailleurs, pour les âmes sensibles, soyez prévenus, il y du sang et de la torture physique et mentale. Par ailleurs, ce n'est pas un roman Young adult mais bien New Adult. Il y a des scènes érotiques dans ce livre. Même si elles ne prennent pas le pas et qu'elles ne sont pas non plus trop explicites, elles sont néanmoins là. 

    Même s'il y a une vraie fin, la suite promet d'être très intéressante. J'attends de voir car je pressens très fortement l'apparition d'un triangle amoureux et je n'aime pas trop ça. Alors je compte sur l'auteure pour ne pas tomber dans les clichés. Dès que j'ai le tome deux en ma possession, je me jette dans la suite des aventures de Feyre.

    Vous l'aurez compris, je vous recommande chaudement ce roman où le côté immersif est indéniable et où la réécriture est intéressante et le monde dépeint est construit intelligemment et l'univers est bien fournis.

     

    XOXO

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Pin It

    2 commentaires
  • Titre: Bad, tome 1; Amour interdit

    Auteure: Jay Crownover

    Editions: Harlequin

    Nombre de pages: 354

    ISBN: 978-2-2803-7706-5

    Bad tome 1 de Jay Crownover

    Il s'appelle Bax. Un nom qui fait trembler tout le quartier de The Point. Un nom synonyme de violence, un nom synonyme de sang. Et aujourd'hui, Bax a bien l'intention de le faire couler pour obtenir des réponses. Car il vient de sortir de prison après cinq années: 1826 jours passés derrière les barreaux, sans bière, sans fille, sans rien, pas même la garantie d'en ressortir vivant. Et pour commencer, il doit trouver Race, celui qu'il considérait comme son meilleur ami, pour lui poser quelques questions sur cette fameuse nuit où tout a basculé.

    Elle s'appelle Dovie. La survie dans The Point, ça la connaît. Elle a même établi quelques règles. Règle n°1: se la jouer discrète, par exemple en s'habillant comme un mec et en cachant sa crinière rousse. Règle n°2: éviter de sortir avec les types du coin. Règle n°3: ne jamais rien devoir à personne. Mais lorsque Race, son frère, disparaît mystérieusement, Dovie n'a plus le choix. Adieu les règles, bonjour le danger. Car son seul espoir de retrouver son frère tient en trois lettres: Bax.

     

    Jay Crownover est une auteure que j'ai découverte en lisant le premier tome de sa saga Marked Men, un roman que j'ai bien apprécié. J'avais le premier tome d'une autre de ses séries: Bad. On y retrouve une romance sur fond de règlement de compte (ou un règlement de compte sur fond de romance, c'est au choix) et c'est exactement ce dont j'avais envie.

    Tout d'abord, on sent que l'auteure connaît assez bien les milieux difficiles puisque l'histoire, même si elle est assez dure, a vraiment un fond réaliste. Alors, oui, le personnage masculin, Bax, à un très gros côté bad boy mais il est quand même attachant. Je suis en train de regarder la série Banshee, alors si vous connaissez, Bax m'a fait penser à Lucas Wood. Ils sont le genre de personnage qui paraît indestructible. Dovie, quant à elle, est le genre de fille que j'aime suivre tout au long d'une histoire car elle semble de prime abord fragile mais elle s'avère forte, elle a du caractère et elle est loin d'être stupide.

    Ensuite, je dois avouer que même si j'ai bien aimé la trame principale, il y a des explications que je n'ai pas comprises et pour lesquelles je ne voyais pas la logique. Peut-être que je n'étais pas suffisamment attentive, je ne sais pas. Mais, ça ne m'a pas empêchée d'aimer cette lecture. L'univers est très intéressant, avec une atmosphère que l'on pourrait retrouver dans une série telle que Sons of anarchie, une série chère à mon cœur.

    En résumé, si vous aimez les romances où les personnages évoluent dans des décors sombres et inquiétants, vous y trouverez votre compte. De plus, la plume de Jay Crownover est très addictive et l'auteure n'hésite pas à dépasser certaines convenances.

     

    XOXO

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Titre: Le noir est ma couleur, tome 1; Le Pari

    Auteur: Olivier Gay

    Editions: Rageot

    Nombre de pages: 311

    ISBN: 978-2-7002-4283-6

    Le noir est ma couleur tome 1 de Olivier Gay

    Normalement, Alexandre le bad boy du lycée n'aurait jamais prêté attention à Manon l'intello du premier rang. Pourtant, à la suite d'un pari il a décidé de la séduire.

    Normalement, Manon n'aurait jamais toléré qu'Alexandre vole à son secours. Pourtant, dans l'obscurité d'une ruelle, sa préférence s'est révélée décisive.

    Alexandre doit se rendre à l'évidence. Rien n'est normal dans cette histoire.

    Manon acceptera-t-elle qu'il entre par effraction dans son univers?

     

    Comme je suis en vacances, je peux lire autant que je veux. Alors je m'en donne à cœur joie et j'essaie de varier les genres. J'ai donc décidé de me plonger dans cette saga Young adult afin de découvrir la plume d'Olivier Gay, auteur dont j'entends beaucoup d'éloges.

    Tout d'abord, c'est un roman qui se lit plutôt vite. Ces éditions sont plutôt aérée alors c'est un régal pour le lecteur. On suit les aventures de Manon, qui n'est autre qu'une sorcière. Je ne vous spoile pas puisque cette information est donnée très rapidement. Lorsqu'elle se retrouve dans une mauvaise posture, elle va devoir faire avec la présence d'Alexandre, séducteur invétéré et mauvais garçon.

    Je trouve que, même si la trame n'est pas vraiment originale, on est néanmoins vite happé par cette aventure. On a envie desavoir ce qui se cache derrière cette histoire de couleurs et je voulais vraiment comprendre le titre du roman.

    De plus, je suis ravie que l'action se passe à Paris. Même si je n'y vis pas, ça reste quand même la France. Et je suis parfois exaspérée quand des auteurs francophones s'obstinent à choisir des lieux américains. En tout cas, le choix de l'auteur a permis un côté plus réaliste pour ma part.

    Les personnages sont eux aussi plutôt réalistes. Pour avoir la chance immense de côtoyer très régulièrement des adolescents, je peux vous dire que des Alexandre, il y en a plein! Blague à part, il est assez intéressant parce qu'il y a une vraie psychologie du personnage. On n'en sait pas encore suffisamment sur sa vie mais elle présage d'être assez complexe. J'ai aussi bien apprécié l'évolution entre Manon et lui. Ce côté là peut plaire aisément aux lecteurs adolescent qui peuvent s'y retrouver un peu. On est dans les premiers sentiments, dans les premiers émois et c'est toujours agréable, pour un adulte, de ce souvenir de ce genre de romance.

    Enfin, l'histoire en elle-même est assez passionnante. Je trouve que pour un premier tome et un roman assez court, l'auteur nous donne déjà pas mal de matière. D'ailleurs, sa plume est fluide et efficace. Il a pris le soin d'alterner les points de vue mais aussi les temps de narration; le présent est utilisé pour Alexandre, les temps du passé pour Manon.

    Etonnamment, c'est une saga que je souhaiterais avancer rapidement parce que je veux le fin mot de l'histoire. Je la conseille aux adolescents, à partir de treize/quatorze ans et aux amoureux de Young adult.

     

    XOXO

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Titre: L'épreuve, tome 3; Le remède mortel

    Auteur: James Dashner

    Editions: Pocket Jeunesse

    Nombre de pages: 382

    ISBN: 978-2-2662-0014-1

    L'épreuve, tome 3 de James Dashner

    Le Wicked a tout volé à Thomas: sa vie, sa mémoire et maintenant ses  seuls amis. Mais l'épreuve touche à sa fin. Ne reste qu'un dernier test... Terrifiant.

    Cependant, Thomas a retrouvé assez de souvenirs pour ne plus faire confiance à l'organisation. Il a triomphé du labyrinthe. Il a survécu sur la terre brûlée. Il fera tout pour sauver ses amis, même si la vérité risque de provoquer la fin de tout.

     

    Avec la lecture du troisième tome de la saga L'épreuve, je clôture enfin cette trilogie. Il s'est passé un temps relativement long entre le tome 2 et le tome 3, alors j'ai dû trouver des sites spoilants afin de ne pas être complètement perdue.

    J'ai passé un bon moment de lecture avec ce roman où la lecture est très fluide et où l'ambiance y est très particulière. La taille des chapitres fait que l'on n'est jamais frustré et il y a énormément de rebondissements. D'ailleurs, c'est un des reproches que je fais pour ce volume. Cela peut paraître étrange mais je trouve qu'il se passe trop de choses et finalement, le rythme est toujours identique: effréné. Je préfère lorsqu'il y a des moments de répits. Je trouve que ça donne plus de relief et plus d'intérêt à la trame de l'histoire. Pour celui-ci, il y a tellement de rebondissements que j'étais finalement indifférente à ce qui pouvait arriver aux personnages.

    Par ailleurs, je ne sais pas si c'est parce que j'ai oublié la fin du tome 2 mais je n'ai pas compris certaines actions et certaines décisions. Des passages m'ont paru sans importance, ils n'ont pas fait avancer l'histoire.

    En ce qui concerne les personnages, j'ai adoré la tournure des événements  mettant en jeu Thomas, Newt et Minho. Leur relation est beaucoup plus intéressante et elle donne de la profondeur à l'ensemble. Par contre, Teresa est toujours aussi antipathique. Autant, elle me plaisait bien dans le tome 1, autant, ici, je ne la supporte pas. Je ne comprends pas ses réactions qui n'ont pour moi aucun sens.

    Enfin, je suis assez déçue de la fin. Elle est pour moi trop facile et trop rapide. Je souhaitais davantage de complexité et finalement, je n'ai pas toutes les réponses que j'espérais. Alors peut-être que je les trouverais dans le préquel ou encore dans le tome compagnon, mais j'en attendais plus.

    Je sais que mon avis parait très négatif mais j'ai vraiment apprécié cette saga où l'atmosphère sombre et étouffante vous emportent assez loin dans l'imaginaire. On veut constamment savoir ce qu'il se passe grâce aux nombreux cliffhanger de fin de chapitre, qui sont, par ailleurs, très bien trouvés. Je vous conseillerais peut-être de lire les trois tomes à la suite, parce que l'auteur ne fait assez de rappel des autres tomes de la saga.

    C'est une saga dystopique que je conseille vraiment que vous soyez adolescent ou adulte.

     

    XOXO 

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Titre: Le passeur

    Auteur: Lois Lowry

    Editions: L'école des loisirs

    Nombre de pages: 220

    ISBN: 978-2-2112-0582-5

    Le passeur de Lois Lowry

    Dans le monde où vit Jonas, la guerre, la pauvreté, le chômage, le divorce n'existent pas. Les inégalités n'existent pas. La désobéissance et la révolte n'existent pas. L'harmonie règne dans les cellules familiales constituées avec soin par le Comité des sages. Les personnes trop âgées ainsi que les nouveau-nés inaptes sont "élargis", personne ne sait exactement ce que cela veut dire.

    Dans la communauté, une seule personne détient véritablement le savoir: c'est le dépositaire de la mémoire. Lui seul sait comment était le monde, des générations plus tôt, quand il y avait encore des animaux, quand l'œil humain pouvait encore voir les couleurs, quand les gens tombaient amoureux.

    Dans quelques jours, Jonas aura douze ans. Au cours d'une grande cérémonie, il se verra attribuer, comme tous les enfants de son âge, sa future fonction dans la communauté. Jonas ignore encore qu'il est unique.

    Un destin extraordinaire l'attend, Un destin qui peut le détruire.

     

    Je souhaitais faire découvrir la dystopie à mes élèves en passant par un classique du genre, abordable pour des petits lecteurs. C'est pourquoi je me suis tournée vers ce roman. D'autant plus qu'il a été adapté en film.

    Grâce à la plume de l'auteur, on est de suite immergé dans l'histoire. En effet, on se trouve plongé dans un monde sans couleur, sans émotion et sans artifice. Chacun a un rôle bien défini dans cette nouvelle société. L'écriture est donc à l'image du roman; simple et factuelle. Nous avons le point de vue de Jonas, qui évoque son monde sans fioriture, de façon très succincte. Lors de certaines scènes, il est question de réflexions sur les sentiments que l'on peut éprouver et on comprend vite que les personnages sont leurrés puisqu'ils n'ont à disposition qu'un tout petit bagage langagier pour le faire.

    J'ai beaucoup apprécié les moments phares du genre comme la découverte de son nouveau statut, l'apprentissage d'un autre monde possible et tous les questionnements que Jonas soulève lors de cet apprentissage. On se pose de réelles questions sans pour autant que l'on ait d'avis tranché. Je trouve que c'est ce qui change un peu des autres dystopies que j'ai pu lire jusqu'à présent. L'auteur montre ce que les hommes ont perdu, comme le libre-arbitre ou les sentiments réels, mais il montre aussi les avantages de cette nouvelle société, comme la quasi absence de la douleur, l'égalité des êtres humains ou encore la conservation des ressources.

    Par contre, je n'arrive pas à décider si la fin me convient. Celle-ci m'a laissé un goût d'inachevé et elle a été traité de façon trop rapide. Je sais qu'il y a une suite mais je sais aussi qu'il ne s'agit pas des mêmes personnages ni même des mêmes décors. Alors, je n'aurai pas les réponses à quelques questions. Si vous avez lu ce roman, n'hésitez pas à me dire ce que vous avez compris de la fin.

    En tout cas, c'est une très bonne dystopie et j'ai hâte d'en discuter vraiment avec les élèves en espérant qu'ils aient apprécié.

     

    XOXO

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique