• Titre: On la trouvait plutôt jolie

    Auteur: Michel Bussi

    Editions: Pocket

    Nombre de pages: 537

    ISBN: 978-2-2662-8629-9

     

    On la trouvait plutôt jolie de Michel Bussi

    "- Qu'est-ce qui ne va pas Leyli? Vous êtes jolie. Vous avez trois jolis enfants. Bamby, Alpha, Tidiane. Vous vous en êtes bien sortie.

    - Ce sont les apparences, tout ça. Du vent. Il nous manque l'essentiel. Je suis une mauvaise mère. Mes trois enfants sont condamnés. Mon seul espoir est que l'un d'eux, l'un d'eux peut-être, échappe au sortilège.

    Elle ferma les yeux. Il demanda encore:

    - Qui l'a lancé, ce sortilège?

    - Vous. Moi. La terre entière. Personne n'est innocent dans cette affaire."

    Du désert sahélien à la jungle urbaine marseillaise, une enquête bouleversante en quatre jours et trois nuits...

     

    Encore un Michel Bussi que j'ai adoré, une fois n'est pas coutume. Même si ça n'est pas un coup de coeur, j'ai été transportée dans cette histoire de famille où l'on suit Leyli, une maman qui vit depuis quelques années dans un HLM de Port-de-Bouc, dans la banlieue marseillaise. J'ai d'autant plus apprécié que je prenais la route de cette ville toute la semaine de ma lecture. Alors j'imaginais très bien Leyli,  à la fenêtre d'un des appartements que l'on peut voir en périphérie de la ville. C'était une expérience intense.

    Leyli a donc trois enfants et elle a à coeur de dîner tous les soirs avec eux. C'est un rituel auquel aucun des membres de la famille ne peut échapper. Mais Leyli souhaite un appartement plus grand pour ces enfants et elle met tout en œuvre pour l'obtenir. Tout au long du roman, on apprend à la connaître davantage à travers les récits qu'elle fait de sa vie, lorsqu'elle était jeune et qu'elle habitait en Afrique. Durant sa jeunesse, à force de regarder le soleil, elle est devenue aveugle. A partir de là, un enchevêtrement de péripéties se succèdent jusqu'à son arrivée en France. Ces petits récits que nous déroule Michel Bussi ne servent pas seulement à donner cette poésie qui émerge souvent de ses romans mais cela va permettre de mieux comprendre le présent de Leyli. 

    Par contre, il y a bien une enquête dans ce roman puisque des hommes sont tués et on comprend rapidement que les meurtres sont en lien avec Leyli. Je ne vous en dis pas plus sur ce point et vous laisse découvrir l'intrigue, même si on comprend très rapidement qui est le tueur; ça n'est pas l'élément central du roman.

    J'ai donc de nouveau apprécié un roman de Michel Bussi parce que j'ai adoré le personnage de Leyli. Elle est une femme forte, qui sait dire non quand elle le doit et qui ferait tout pour ses enfants. Même en aillant traversé des choses très dures, elle sait voir le bien chez certains. D'ailleurs, j'ai une affection particulière pour un autre personnage dont je ne vous dévoilerai pas le nom puisque cela l'éliminerait des potentiels antagonistes. En tout cas, l'auteur a le don de dépeindre des personnages forts de caractère et singuliers.

    De plus, on s'évade toujours dans un roman de Michel Bussi. Ici, même si l'intrigue principale se déroule à Port-de-Bouc, on découvrir différents lieux, tous plus exotiques les uns que les autres. Et c'est à chaque fois un régal tant les descriptions sont prenantes.

    Enfin, j'ai adoré cette fin! C'est le genre de lecture qui mériterait une seconde lecture et j'aime vraiment cette sensation que l'auteur nous a baladé depuis le début. Quand on commence le livre, on sent qu'il y a quelque chose d'étrange, un peu louche. Mais on ne sait pas vraiment quoi et ce jusqu'à la toute fin.

    On la trouvait plutôt jolie n'est pas mon préféré de l'auteur car je pense que Un avion sans elle est indétrônable, mais il est vraiment bien classé dans mon palmarès. C'est pourquoi je vous le recommande. D'autant plus qu'il traite de l'immigration, de la traite des réfugiés, des organismes d'aide aux personnes mais surtout de secrets de famille.

     

    XOXO

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Titre: Waterfire tome 1; Deep Blue

    Auteure: Jennifer Donnelly

    Editions: Hachette

    Nombre de pages: 366

    ISBN: 978-2-0120-4446-3

    Waterfire tome 1 de Jennifer Donnelly

    Lorsque Serafina, princesse de Miromara, s'éveille au matin de ses fiançailles, sa première préoccupation serait de retrouver son promis, le séduisant prince Mahdi. Elle l'aime depuis son enfance et il l'aime en retour. Enfin, il l'aimait, elle a quelques doutes à présent…

    Pourtant, ce matin-là, l'esprit de Serafina est surtout accaparé par d'étranges rêves annonçant le retour d'une ancienne malédiction. Ses prémonitions se confirment quand sa mère est touchée d'une flèche empoisonnée, et le chaos semé dans tout le royaume.

    Guidée par ses cauchemards, Serafina, accompagnée de cinq autres sirènes, se lance dans une quête périlleuse pour venger ses parents et empêcher les communautés sous-marines de s'entredéchirer. Mais elle est encore loin d'imaginer qu'elle vient de plonger dans une vaste conspiration, qui menace son monde… et le nôtre.

     

    Voilà un moment que cette saga trônait dans ma pile à lire! Oui, saga, parce que j'ai les trois tomes… J'avoue que l'aspect fantasy me faisait un peu peur à cause peut-être de la complexité du vocabulaire et l'abondance de personnages. Mais finalement, ce fut une très bonne lecture pour ce tome introductif.

    Au début, ça n'a pas été facile. Lors de ma première tentative, je n'accrochais pas vraiment à l'histoire parce que je n'étais pas très concentrée. Alors, j'ai décidé de mettre de côté cette lecture et d'attendre un moment plus propice. Et finalement, ce moment est arrivé et je ne regrette pas!

    On suit donc Serafina, une jeune sirène, plus précisément Principessa di Miromara, dont le Dokimi doit avoir lieu; une sorte de rituel de fiançailles où elle doit par la même occasion prouver par son chant qu'elle est bien l'héritière. Dans le monde des sirènes, ce sont les femmes qui gouvernent. Cependant, lors de cet événement, le royaume va être attaqué et Serafina devra s'échapper. Au cours de ce périple, elle découvrira qu'elle fait partie d'une légende et elle se rendra compte que des ennemis insoupçonnables feront tout pour détruire les royaumes sous-marins. 

    On est plongé dans cette légende dès les premières pages et on comprend assez vite les tenants et les aboutissants de l'histoire. Par contre, je trouve intéressant de ne pas savoir en qui l'on peut avoir entièrement confiance. L'auteure nous laisse quelques indices mais tout n'est pas aussi évident. 

    Il y a une multitude de personnages, même peut-être trop, mais heureusement, on trouve un glossaire en fin de roman pour nous aider à mieux comprendre qui est qui, ainsi qu'un arbre généalogique. Ne faites pas comme moi qui les ai vus à la fin de ma lecture… De plus, même si c'est un premier tome, il y a beaucoup d'actions et de révélations. Ce qui permet d'avoir un rythme assez soutenu et addictif. 

    En ce qui concerne le style de l'auteure, j'avais peur que celui-ci soit trop complexe au vu du genre de l'histoire, mais comme on est dans la tête de Serafina qui est somme toute une jeune femme, on arrive rapidement à s'y habituer. 

    Peut-on à présent parler de l'objet livre en lui-même ? Il est tout simplement magnifique. La première de couverture est à tomber et reprise pour la tranche, et les débuts de chapitres sont accompagnés d'une petite décoration très jolie. Par ailleurs, le livre est complet avec une carte en deuxième et troisième de couverture. Le seul bémol serait que le livre est lourd, ce qui ne facilite pas toujours la lecture.

    En bref, c'est un livre que j'ai vraiment apprécié, j'ai même été surprise de l'être puisque je sors vraiment de ma zone de confort avec cette lecture. Mais Jennifer Donnelly a su trouver les mots pour éveiller ma curiosité et mon intérêt. Maintenant, j'ai hâte de découvrir la suite, d'autant qu'elle nous laisse sur une action palpitante.

     

    XOXO

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Titre: Sœurs sorcières livre 1

    Auteure: Jessica Spotswood

    Editions: Nathan

    Nombre de pages: 392

    ISBN: 978-2-0925-4043-5

    Soeurs sorcières de Jessica Spotswood

    Ma chère et courageuse Cate, la sibylle a prédit ceci: à l'aube du 20ème siècle trois sœurs atteindront l'âge de décision, toutes les trois sorcières, et l'une d'elle sera la plus puissante sorcière de tous les temps.

    Cate, je suis si inquiète pour toi. Si, après Maura, Tess est sorcière aussi, il semble hélas probable que vous soyez les sœurs dont parle la prophétie. Tu seras alors traquée par ceux qui voudront se servir de toi.

    Cette prophétie dit autre chose encore, bien pire à mes yeux, mais je préfère ne pas tout écrire dans ces pages, de crainte qu'elles ne tombent en de mauvaises mains, Avec tout mon amour, Maman.

     

    Il est rare que je lise des histoires de sorcières et je suis ravie d'être tombée sur celle-ci. On suit trois sœurs, Cate, Maura et Tess. On sait dès le début qu'elles sont sorcières et on va suivre principalement Cate, l'ainée, qui, tout au long du roman, va devoir prendre des décisions pour protéger ses sœurs.

    En effet, on est dans une société où la chasse aux sorcières n'est pas un mythe et les trois sœurs doivent constamment être sur le qui-vive. C'est aussi une société patriarcale où la place de la femme est celle que veut bien lui attribuer l'homme. S'ajoute à cela l'âge des trois protagonistes puisque Maura est en pleine adolescence et Tess, même si elle est la plus jeune, fait souvent preuve de maturité.

    J'ai accroché dès le début à l'histoire parce que j'ai particulièrement apprécié l'atmosphère du roman. Même si on est plongé dans un monde ésotérique, l'auteure intègre parfaitement cet univers à celui plus terre à terre d'une société que l'on pourrait qualifier de normale. Il y a souvent des rebondissements, notamment parce que la position de Cate est délicate. Elle est tiraillée entre ce qu'elle découvre petit à petit sur ce qu'elles sont et ce qu'elles représentent et ses envies de jeune femme. Elle a d'énormes responsabilités et elle ne sait pas vraiment à qui elle peut faire confiance, d'autant plus que la délation est souvent de mise dans son village.

    Les relations entre les trois sœurs sont intéressantes parce qu'elles sont parfois conflictuelles; chacune a ses propres envies et ses propres priorités. Cet aspect là va être particulièrement intéressant dans les prochains tomes. 

    Ensuite, j'ai apprécié le fait qu'il y a un peu de romance mais que celle-ci ne prend pas le pas sur l'intrigue principale. Oui, cela joue sur les décisions que prend Cate, mais d'autres aspects le font aussi d'une façon prépondérante. L'amour qu'elle porte à ses sœurs est l'un de ses fils rouges.

    Enfin, l'auteure nous laisse sur un retournement de situation fou et maintenant, je n'ai qu'une hâte, lire la suite!

    Ce livre est intéressant si vous aimez les réflexions sur les sociétés patriarcales, si vous aimez le fantastique et que vous avez une sensibilité féministe. J'ai parfois eu l'impression de retrouver l'atmosphère de La servante écarlate de Margaret Atwood, sans aller aussi loin. Il ne faut pas oublier que c'est un roman jeunesse pour adolescents.

     

    XOXO

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Titre: Le hussard noir

    Auteurs: Marie Pellan et William Lafleur

    Editions: Flammarion

    Nombre de pages: 333

    ISBN: 978-2-0814-3365-6

    Le hussard noir de Marie Pellan et William Lafleur

    Thomas Debord est un professeur de lettres en ZEP passionné par son métier. Lassé par un gouvernement qui détricote l'éducation, frustré par l'absence de prise en compte des manifestations et grèves successives, il décide de s'engager dans une voie plus violente.

    Un matin, il prend une de ses classes en otage, afin de mettre en lumière des dysfonctionnements qui n'intéressent habituellement que de très loin les médias. Pris au piège de l'emballement médiatique et de la cacophonie des réseaux sociaux, enfermé avec ses élèves, Thomas Debord va tenter de faire entendre sa voix.

     

    Enseignante en ZEP, dans un contexte où les Stylos Rouges sont de plus en plus nombreux, n'en déplaisent à certains, j'étais très curieuse de découvrir ce roman, écrit à quatre mains par deux enseignants. De plus, le co-auteur n'est autre que Monsieur le prof, un professeur d'anglais qui enseigne à présent en lycée, et connu pour ses anecdotes cocasses. Celles-ci sont d'ailleurs parues dans deux recueils (vous pouvez retrouver toutes les informations sur son site). Je remercie les éditions Flammarion pour cet envoi.

    C'est un roman assez court mais il est très efficace. J'avais une appréhension concernant le contenu parce que le roman traite d'un sujet complexe en peu de pages, mais j'ai été agréablement surprise. En effet, même si l'on suit Thomas Debord, notre personnage principal, il y a une multitude de points de vue. Même si le roman est écrit à la troisième personne, on est tantôt dans la tête d'un surveillant, tantôt dans la tête d'élèves, en passant par des passages d'émissions de télévision, ainsi que des extraits de commentaires de réseaux sociaux. Cela permet d'avoir une vision d'ensemble qui nous permet, à nous lecteurs, d'être toujours en alerte. Le rythme est très prenant.

    Par ailleurs, j'ai particulièrement apprécié la critique qui est faite des réseaux sociaux mais aussi du traitement de l'information par les chaînes dédiées. Nous vivons à présent dans une nouvelle société où l'on doit constamment être vigilants aux informations que l'on veut donner mais aussi aux informations qui nous sont données. J'ai l'impression (mais cela reste un avis personnel) que depuis quelques années, les gens, pour la plupart, n'acceptent plus pour argent comptant tout ce qui est dit à la télévision. Et finalement, c'est une bonne chose que d'avoir un esprit critique sans pour autant tomber dans la négation constante de ce qui arrive dans notre société. Et pour ce qui est de notre enseignant, Thomas, il va devoir prendre en compte toutes ces données pour arriver à son but. 

    De plus, les personnages sont très intéressants parce qu'ils sont tout simplement humains. Je pense par exemple à Nicolas Dufresne, le commandant du RAID, qui, même s'il fait son travail, n'est pas dupe des tenants et des aboutissants de la situation. Thomas, quant à lui, est intéressant parce qu'on sent une vraie progression dans son personnage. Au début, je l'ai trouvé, malgré la situation, plutôt effacé face aux événements. Et au fur et à mesure, il prend conscience que son action, qui repose sur une certaine logique, ne dépend pas seulement de lui et qu'il doit composer avec les médias, les élèves ou encore la population, qui donne son avis constamment et sans recul. 

    La construction du roman permet une lecture fluide; les titres des chapitres montrent une progression et notre curiosité est titillée. Elle est logique et la tension que l'on éprouve est constamment grandissante. On n'est pas dans un huis clos mais j'ai somme toute eu cette impression. Même si le roman traite d'un sujet d'actualité, sa construction sous forme de thriller m'a beaucoup plu puisqu'on a du suspens, on essaie de deviner ce qu'il va arriver et on soupçonne certains personnages de comploter contre Thomas. 

    C'est un livre que j'ai terminé dimanche et depuis, je ne cesse d'y penser. Il me fait réfléchir à mon métier, à ce que j'en attends dans le futur et à ce que je peux espérer. Je n'arrive pas à dire si la fin me plaît même si, avec le recul, je n'en aurais pas souhaité d'autre.

    C'est un livre que je vous recommande, ne serait-ce que pour la plume de ces deux auteurs, qui ont su passer d'un style à un autre en fonction des points de vue choisis. Je trouve que c'est une performance assez remarquable.

     

    XOXO

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Titre: Fight with darkness

    Auteure: Lucie F. June

    Editions: Addictives

    Nombre de pages: 643

    ISBN: 978-2-3712-6205-8

    Fight with darkness

    Aux yeux de tous, Aleyna a une vie de rêve: une famille aimante, des études passionnantes et surtout un petit ami totalement fou d'elle. Cela, c'est ce qu'elle veut faire croire.

    En réalité, depuis deux ans, Aleyna vit un enfer au quotidien. Son amoureux est son bourreau, il a fait d'elle sa poupée, qu'il martyrise, brise et déchire selon ses désirs. Et il exerce sur elle le plus odieux des chantages: si elle lui échappe… sa petite sœur prendra sa place. Alors Aleyna se sacrifie, sans savoir combien de temps elle pourra tenir.

    Mais sa rencontre avec Alec, escort boy aux yeux lumineux, pourrait bien tout bouleverser.

     

    Voici la première lecture Darkromance de ma vie. Férue de romance c'est une sous-genre qui me faisait de l'œil mais je n'ai jamais sauté le pas pour différentes raisons. D'une part, parce que je n'ai pas eu vraiment l'occasion de tomber dessus mais aussi parce que le côté un peu malsain que peuvent prendre certaines de ces histoires d'amour me faisait peur. Par exemple, je ne sais pas si je serais capable de lire une histoire où une victime tombe amoureuse de son bourreau. Certains me diront: "Mais tu as lu Cinquante nuances de Grey et tu as apprécié!". Certes, mais pour moi, ça n'est pas la même chose. En ce qui concerne ce roman, je l'ai apprécié, en partie parce que l'histoire ne rentre pas dans ce carcan. D'ailleurs, je remercie les éditions Addictives pour cet envoie car maintenant je peux dire "j'aime la darkromance!".

    On suit donc Aleyna, un personnage féminin que l'on sent fragile dès les premières pages. On comprend très rapidement qu'elle vit une relation très malsaine avec son compagnon puisque celui-ci la bat, la rabaisse et la viole. Tout le monde autour d'eux pense que tout va bien puisque durant ces deux ans de relation, Aleyna a appris à mentir et cacher ses sévices. Celle-ci va profiter de l'absence d'Elias, son bourreau, pour faire appel à un organisme d'Escort. C'est comme cela qu'elle rencontre Alec, un étudiant en médecine. J'ai particulièrement aimé la façon dont les deux personnages tissent, petit à petit, un lien très intense, où la confiance et le respect sont de rigueur. 

    Par ailleurs, il y a un vrai contraste entre Alec et Elias et cela permet de mieux comprendre certaines réactions d'Aleyna, très fragile au départ et qui va s'émanciper au fur et à mesure. Je pense que c'est le personnage qui évolue le plus dans l'histoire. Etonnamment, c'est un personnage fort, même au début. En effet, elle utilise dans un premier sa force pour faire face à Elias et protéger sa famille, et par la suite, elle s'en sert pour tenir tête à son conjoint.

    Le roman est composé de deux parties. Globalement, je les ai lues comme deux romans distincts. Pour le premier, le rythme est assez intense et le suspense omniprésent. De plus, les chapitres sont très courts ce qui rend la lecture très fluide. Par contre, j'ai trouvé qu'il y avait quelques longueurs pour le deuxième. Certaines scènes n'étaient pas nécessaires et j'aurais souhaité davantage de passages où l'on retrouve Elias. Finalement, son ombre plane au dessus de nos deux personnages mais il n'est pas vraiment présent physiquement. 

    En ce qui concerne le style de l'auteure, je trouve que pour un premier roman, c'est prometteur. Il m'a manqué juste un peu de lyrisme dans une plume qui était plutôt factuelle et descriptive. Par contre, les scènes de violence sont extrêmement bien décrites et réalistes. Si vous êtes trop sensibles, elles risquent de vous heurter. 

    Je suis ravie d'avoir abordé la darkromance par ce genre d'histoire car maintenant, je vais m'y pencher plus sérieusement. Cela permet de sortir de la routine des romances basiques où l'on retrouve très souvent les mêmes mécanismes. 

    Je vous conseille donc ce roman qui vous fera passer un moment intense. 

     

    XOXO

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique