• Titre: Les MacCoy, tome 1; L'ogre et le Chardon

    Auteure: Alexiane Thill

    Editions: Hugo Poche

    Collection: New Romance

    Nombre de pages: 607

    ISBN: 978-2-7556-4167-7

    Les MacCoy tome 1 de Alexiane Thill

    Et si les clans d’Ecosse n’avaient jamais disparu ? Et s’ils continuaient à diriger les Highlands à l’insu du reste du monde ? Quand Phèdre arrive à Edimbourg pour respecter les dernières volontés de son père, elle se retrouve malgré elle entraînée dans ce monde de clans et de querelles sanglantes qui lui est inconnu. Recueillie par le fougueux et irascible Caleb, chef du clan MacCoy, elle se révèle bientôt être une pièce maîtresse sur l’échiquier du pouvoir…

    J'ai acheté ce roman lors du festival New Romance de 2021 parce qu'il me faisait envie depuis un petit moment. En même temps, si vous me parlez de romance, d'Écosse et de clans d'Highlanders, je ne peux que succomber. C'est le premier roman que je lis de cette autrice. J'ai maintenant hâte d'en découvrir davantage.

    Je trouve l'idée de départ assez intéressante: nous suivons Phèdre, une française qui intègre un voyage EF afin de découvrir ses racines. Elle va comprendre malgré elle que les clans écossais existent toujours, avec leur lot de secrets et de brutalité. 

    Le roman est assez noir finalement, et cela dès le début. Le personnage de Phèdre est mystérieux, on comprend rapidement que c'est une femme écorchée par la vie. On plonge rapidement dans l'univers des clans et c'est un élément que j'ai adoré. Alexiane Thill pause le décor de façon très immersive. J'étais avec les personnages. Quant à Caleb, il a différentes facettes: tantôt froid et dur, tantôt coquin et passionné. J'aime la relation qu'il entretient avec Phèdre. On est un peu dans une relation enemies-to-lovers. 

    De plus, la lecture est addictive puisque presque tous les chapitres, en plus d'être courts, se terminent par une révélation. A chaque fois que j'entamais ma lecture, je ne voyais pas le temps passer. D'ailleurs, même si l'on est plongé dans une histoire d'highlanders, on a l'impression que deux mondes sont en collision: celui du passé, ancestral et archaïque, et celui du présent, où les mœurs évoluent (en tout cas, essaient) et les nouvelles technologies gravitent.

    Lorsque j'ai acheté ce tome lors du festival, plusieurs lectrices m'ont fortement conseillée de ne pas commencer celui-ci avant d'avoir le tome 2 sous la main. Je ne les ai pas écoutées, je m'en mords les doigts ! Je suis en PLS... Si vous souhaitez lire cette saga, ne faites surtout pas la même erreur que moi.

    En résumé, j'ai adoré cette lecture même si ça n'est pas un coup de cœur. J'avoue que Phèdre m'a parfois agacée. Au début du roman, l'autrice nous la présente comme une femme forte mais qui a souvent des crises d'angoisse. Cet élément est un peu passé à la trappe une bonne partie de l'histoire. Il y a parfois des facilités dans le récit. Mais, c'est une très bonne lecture qui m'a apporté plus que ce que j'espérais, alors je vous la recommande.

    XOXO

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Titre: Sans foi ni loi, tome 7; L'amant d'une nuit

    Auteure: Kerrigan Byrne

    Editions: J'ai lu

    Collection: Aventures et Passions

    Nombre de pages: 313

    ISBN: 978-2-2902-5795-1

    Sans foi ni loi tome 7 de Kerrigan Byrne

     

    Que fait Prudence Goode en pleine nuit dans un jardin londonien, bien connu des libertins, où des inconnus vendent leurs charmes ? Elle est venue perdre sa virginité, par défi, après avoir appris que son fiancé était un coureur de jupons qui ne s'intéressait qu'à sa dot. Et c'est dans les bras d'un beau blond qu'elle s'abandonne pour la première fois au plaisir

    Mais le mariage n'aura pas lieu car, peu après, son futur époux est assassiné. Prudence est accusée du meurtre. À sa grande stupeur, elle reconnaît sous les traits de l'inflexible inspecteur en chef Carlton Morley celui qui l'a initiée à l'ivresse des sens ! Une ivresse que tous deux brûlent de revivre

    J'ai acheté ce roman sur un coup de tête sans me rendre compte qu'il s'agissait d'un tome 7. Il me semble qu'Eléa (Les passions d'Eléa) en a parlé, mais je n'en suis pas sûre à cent pour cent. En tout cas, j'ai déjà vu cette couverture, c'est ce qui a attiré mon regard. Et puis la quatrième de couverture a fini de me convaincre. 

    Je ne regrette absolument pas mon achat compulsif ! J'ai passé un très bon moment de lecture. C'est une romance qui se déroule durant l'époque Victorienne, à Londres, un peu avant la période de Jack l'éventreur. J'avais l'impression de lire un savant mélange entre Les chroniques de Bridgerton et un roman traitant justement de Jack l'éventreur. D'ailleurs, je n'aime pas du tout ce genre de couverture, un peu années 90, et je trouve que cela ne rend pas vraiment justice à ce qu'il se trouve à l'intérieur. Et le résumé non plus, par la même occasion. Je le trouve un peu racoleur. L'histoire n'est pas aussi glauque qu'il n'y paraît. 

    En ce qui concerne la plume de Kerrigan Byrne, je la découvre avec ce roman et, franchement, j'ai adoré. On est vraiment plongé dans le Londres victorien, c'est assez bluffant. C'est une ambiance que j'aime vraiment beaucoup. Même si ce qu'elle dit est parfois cru, c'est fait avec intelligence et on sent que l'intention est de coller à l'époque. C'est vraiment agréable. Et même si le style a un côté assez classique, la lecture est fluide et intuitive. Je relierais sans aucun doute cette auteure. 

    Pour ce qui est de l'histoire en elle-même, je trouve qu'il y a un bon dosage entre l'enquête et la romance. Carlton Morley est un personnage assez profond, bien développé et tellement charismatique. Il est torturé à souhait alors la romance n'en est que plus belle. 

    Même s'il s'agit d'un tome 7 et que je n'ai pas lu les tomes précédents, on comprend assez facilement les liens entre les personnages. Finalement, c'est un tome compagnon, alors on se concentre sur un couple. D'ailleurs, je pense lire d'autres tomes, mais pas forcément tous et pas forcément dans l'ordre. 

    Si vous avez aimé Les chroniques de Bridgerton, si vous aimez les histoires se déroulant durant l'époque victorienne et plus simplement, si vous aimez les belles histoires d'amour, lisez ce roman. 

     

    XOXO

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Titre: L'anti-lune de miel

    Auteures: Christina Lauren

    Editions: Hugo Roman

    Collection: New romance

    Nombre de pages: 353

    ISBN: 978-2-7556-4832-4

    L'anti-lune de miel de Christina Lauren

    Olive Torres s’est habituée à être la jumelle malchanceuse : mésaventures inexplicables, licenciement récent… Elle semble comiquement poursuivie par la poisse. Sa sœur Ami, au contraire, incarne l’éternelle gagnante, au point même de parvenir à financer l’intégralité de son mariage en remportant des jeux concours. Malheureusement pour Olive, il y a pire que sa malchance chronique : elle se voit forcée de passer toutes les festivités de la noce en compagnie d’Ethan Thomas, le témoin du marié (et son ennemi juré)…

    Olive se prépare à vivre un enfer, déterminée à faire bonne figure. Mais lorsque tous les invités sont victimes d’une intoxication alimentaire, la fête vire au cauchemar, et, seuls, Olive et Ethan s’en sortent indemnes. Soudain, une lune de miel tous frais payés se trouve à portée de main, et Olive préférerait mourir plutôt que de laisser Ethan profiter du paradis sans elle.

    Convenant d’une trêve temporaire, ils s’envolent tous les deux pour Maui. Après tout, dix jours de bonheur valent bien la peine de jouer au couple de jeunes mariés amoureux, n’est-ce pas ? Mais étrangement, faire semblant dérange de moins en moins Olive. En réalité, elle se sentirait presque assez… chanceuse, pour une fois !

    Pour moi, lire un roman de Christina Lauren c'est comme boire un bon chocolat chaud au coin du feu. C'est magique ! Je pense qu'elles sont les auteures que j'ai le plus lues (il faudrait que je fasse les comptes). A chaque fois que je commence un de leurs livres, je sais que je vais passer un bon moment. Celui-ci n'échappe pas à la règle.

    Il s'agit d'un oneshot où l'on suit Olive, une jeune femme plutôt poisseuse. Elle déteste Ethan Thomas, le beau-frère de sa sœur jumelle, depuis que celui-ci l'a jugée lorsqu'elle souhaitait manger une bonne poutine bien dégoulinante de fromage. Sa malchance va se convertir finalement en chance lorsque tous les invités du mariage de sa sœur vont tomber malades, sauf elle et… Ethan. Afin de na pas le perdre, elle va devoir prendre la place de sa sœur lors du voyage de noces à Maui. Ethan va l'accompagner, bien évidemment. 

    A la lecture du résumé, il est assez facile de deviner que l'histoire n'est pas très originale mais j'ai vraiment passé un bon moment de lecture. C'est comme si les autrices avaient pris deux trois ingrédients bien sympathiques de la romance afin d'en faire une histoire simple mais efficace. Il n'y a pas de surprise, on arrive très facilement à deviner le petit twist final tellement il est gros comme une maison mais on en redemanderait quand même bien une petite portion. 

    Le couple Olive-Ethan est mignon à souhait. J'adore vraiment les enemies-to-lovers. C'est un truc qui fonctionne bien avec moi. De plus, je n'irais pas jusqu'à dire qu'il s'agit d'un slow-burn, mais presque. Et je m'aperçois de plus en plus que c'est aussi un élément que j'apprécie particulièrement. 

    En résumé, même si cette histoire n'est pas très originale, c'est une bonne lecture qui fait bien son job. C'est agréable lorsque l'on souhaite passer un bon moment de lecture, sans prise de tête; Christina et Lauren sont assez fortes pour ça. Par ailleurs, le style n'en est pas moins travaillé et sérieux. C'est donc un roman que je recommande aux férus de romances.

     

    XOXO

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Titre: Des âmes qui vivent

    Auteure: Delphine Maarek

    Editions: HLab

    Nombre de pages: 200

    ISBN: 978-2-0171-0176-5

    Des âmes qui vivent de Delphine Maarek

    Une femme qui observe à la fenêtre son voisin transi d’amour. Un mentor qui raconte à son protégé l’importance du pardon au sein d’un couple. Une partie de Time's up qui donne naissance à un jeu de séduction.
    Celui qui désespère en couple, celle qui se perd seule. Ceux qui sont prêts à tout quitter, ceux qui se damneraient pour une autre chance. Ceux qui ne sont que tendresse et ceux qui ont laissé l'amertume s'inviter.
    L'amour est singulier, mais il tisse à lui seul le lien entre ces personnes du quotidien.

     

    Une amie m'a prêté ce recueil de nouvelles en m'expliquant que c'était la deuxième fois qu'elle le lisait et qu'elle l'aimait beaucoup. Comme j'ai toute confiance en ses goûts littéraires, je n'ai pas hésité à accepter.

    Si mes souvenirs sont bons, cela fait des années que je n'ai pas lu de nouvelles. Je crois que le dernier recueil est celui proposé par les Restos du cœur, le tout premier. Donc ça se compte en années. Somme toute, comme j'ai encore du mal à lire vraiment, le format nouvelle est plutôt pas mal. J'ai apprécié démarrer une histoire et la terminer quelques minutes plus tard. Toutes les histoires parlent d'amour, sous plein de formes: des histoires d'amour naissantes, des liens qui se brisent, des vies terminées, d'autres, au contraire, qui se consolident etc. J'ai particulièrement apprécié le fait que l'auteure arrive à changer son style en fonction du point de vue du personnage. Mais on retrouve néanmoins une certaine cohérence, qui se confirme par la suite.

    Delphine Maarek a aussi une capacité à dépeindre des moments vraies. On n'est pas dans les romances que j'ai l'habitude de lire, ici c'est la vraie vie. De plus, je trouve qu'elle est assez fine dans la compréhension de l'être humain, dans ce qu'il est de bon mais aussi dans ses côtés plus sombres. 

    Je pense que j'avais besoin de ce genre de lecture pour me raccrocher un peu à la réalité de la vie. Vivre la vraie vie à travers des personnages fictifs, c'est un peu ironique mais c'est une réalité.

    Si vous avez envie de lecture simple mais en même temps profonde, je vous recommande ce recueil. 

    XOXO

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Titre: Campus Drivers, tome 1; Supermad

    Auteure: C. S. Quill

    Editions: Hugo Roman

    Collection: New romance

    Nombre de pages: 465

    ISBN: 978-2-7556-8278-6

    Campus drivers tome 1 de C. S. Quill

    L'année universitaire qui débute promet d'être radieuse pour Lane O'Neill. Campus Drivers, l'application qu'il a fondée avec ses meilleurs amis, cartonne. Le concept est simple : jouer les taxis pour étudiant, au volant de voitures de collection. Les filles en raffolent, et les quatre chauffeurs ont à cœur de ne jamais décevoir leur clientèle.
    Lane n'a qu'un seul défaut aux yeux de la gent féminine : il ne s'attache pas. Jamais. Dès qu'il pousse la porte de chez lui, il aspire à ce qu'on lui fiche la paix.
    Alors comment se retrouve t-il à héberger Lois Hogan, la fille que son voisin vient de larguer?

    J'ai lu récemment 49 jours je compterai pour toi de cette autrice, one-shot que j'ai bien apprécié. J'avais donc envie de la découvrir un peu plus et cette saga me faisait envie depuis un moment. Globalement, c'est une romance sympathique.

    On suit Lane, un des membres des Campus drivers, un groupe d'amis universitaires qui se donnent pour mission de raccompagner les jolies étudiantes via leur application. Lane vit dans un appartement, et un jour, il tombe sur Lois dans le couloir de son immeuble; elle vient de se faire larguer comme une malpropre, il décide alors de l'héberger. Nous avons par la suite les deux points de vue de ces personnages, chose que j'apprécie.

    C'est une romance rafraîchissante où les personnages sont attachants. J'avais vraiment besoin d'une histoire légère, sans prise de tête et sans secret glauque ou bien triste. Alors oui, Lois se retrouve dans une situation compliquée puisqu'elle n'a plus de logement, mais c'est l'élément le plus pénible de cette histoire. 

    J'ai beaucoup aimé le personnage de Lane. Il n'est pas le Bad boy cliché d'après moi. Son côté sensible et généreux font de lui un personnage intéressant. J'avoue que je lui trouve pas mal de qualités et qu'il n'a pas de côtés problématiques comme peuvent en avoir certains personnages masculins de certaines romances. Ce qui fait qu'il est cohérent et plutôt réaliste. Quant à Lois, même si elle est parfois naïve et immature, son évolution m'a plu.

    L'autrice nous donne suffisamment de matière tout au long du roman pour que l'on ait envie d'en savoir davantage sur les autres membres du groupe. Je ne parle pas du dernier chapitre qui m'a un tantinet agacée, mais de la meilleure des façons. Contrairement au roman 49 jours je compterai pour toi, on est beaucoup moins dans le pathos.

    Donc mission accomplie pour ce premier tome, frais et addictif. Je lierai la suite sans aucun doute.

     

    XOXO

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique