• Titre: Rock Chick, tome 1; A la diable

    Auteure: Kristen Ashley

    Editions: Milady romance

    Collection: Emotions

    Nombre de pages: 524

    ISBN: 978-2-8112-1707-5 

    Rock Chick tome 1 de Kristen Ashley

    Si vous voulez savourer le cocktail explosif qu'est Rock Chick, prenez une librairie farouche et sexy, un ancien bad boy devenu détective, un barista un peu trop sage pour être honnête, un vétéran du Vietnam complètement taré, une drag-queen et un sac de diamants.

    Mélangez le tout avec un soupçon de coups de feu et un brin de courses-poursuites. C'est prêt. A déguster frappé!

     

    La quatrième de couverture résume assez bien tous les éléments que l'on peut retrouver dans ce roman. De prime abord, cela à l'air assez barré, mais l'auteure mène plutôt bien son histoire là où elle a envie.

    On suit Indiana Savage, fille de flic, propriétaire d'une librairie qui sert du bon café, mordue de Rock et mordue surtout de Lee, un des frères de sa meilleure amie, Ally. Mais à tout juste trente ans, cela fait une dizaine d'années qu'elle le fuit et est passée à autre chose. Mais les choses ne vont pas se passer comme prévu puisqu'elle doit reprendre contact avec lui après s'être fait tirer dessus à cause d'un de ses employés.

    J'ai plutôt apprécié cette lecture même si ça n'est pas la lecture du siècle. Il faut la prendre comme une romance légère, avec un peu de suspense, qui permet de passer un bon moment.

    L'auteure nous faire ressentir des choses plutôt agréables grâce à la romance entre Indi et Lee. Celle-ci est passionnelle, intense et en même temps, Kristen Ashley joue avec nos nerfs. De plus, il y a une réelle enquête et on n'a de cesse de vouloir trouver le fin mot de l'histoire.

    Les personnages sont à mourir de rire! Indi est complètement déjantée. Elle a, par moments, des réactions complètement puériles qui la mettent dans des situations dangereuses. Sa meilleure Ally est du même genre puisqu'elles ont l'habitude de faire les quatre cents coups ensemble. Sans parler des personnages comme Tex ou encore son voisin drag-queen, qui sont barges en plein.

    Je n'ai pas plus aimé ce roman parce qu'il y a un peu de longueurs et certaines péripéties étaient de trop. Il y a un trop plein d'événements qui font que ça en devient loufoque. En ce qui concerne l'enquête, même si elle est intéressante, j'étais quelques fois perdue et des révélations m'ont échappée.

    C'est néanmoins une bonne romance avec un côté déjanté qui peut plaire à beaucoup alors n'hésitez pas.

     

    XOXO

     

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Titre: Retour à Whitechapel

    Auteur: Michel Moatti

    Editions: 10/18

    Collection: Grands détectives

    Nombre de pages: 382

    ISBN: 978-2-2640-6725-8

    Retour à Whitechapel de Michel Moatti

    Amelia Pritlowe est infirmière au London Hospital et tente de survivre aux bombardements de l'armée allemande. Lorsqu'elle reçoit une lettre posthume de son père, elle n'imagine pas qu'elle va devoir affronter un cataclysme personnel: ce dernier lui apprend que sa mère, Mary Jane Kelly, a été la dernière victime de Jack l'Eventreur. Mue par une incommensurable soif de vengeance, l'infirmière va se lancer dans une traque acharnée pour retrouver le plus mystérieux des tueurs en série.

     

    Voilà presque un an que j'ai acheté ce roman. Je me le suis procuré lors de la Comédie du livre de Montpellier en mai 2016. J'avais par la même occasion rencontré Michel Moatti, un auteur très sympathique. Ce premier opus était pour ma bibliothèque personnelle et le deuxième, pour mon papa, un lecteur friand de thrillers en tout genre. Ceci explique en partie pourquoi j'ai mis autant de temps pour me plonger dans cette duologie puisque je voulais que mon père les lise en premier.

    Je me suis donc mis à la lecture de Retour à Whitechapel avec envie puisque le thème me plaît énormément. Il est vrai que dès qu'il s'agit de tueur en série, j'ai une certaine frénésie qui me prend. Alors, quand il s'agit de THE tueur en série, je suis toute chose... Trêve de plaisanterie, l'histoire de Jack l'Eventreur est une histoire qui me fascine.

    Comme nous le dit si bien la quatrième de couverture, nous suivons Amelia Pritlowe, la fille de la dernière victime du tueur en série. Nous nous trouvons en 1941, date à laquelle elle apprend sa condition. A partir de ce moment-là, elle va tout faire pour découvrir qui a tué sa mère, lors de cette fameuse nuit de 8 au 9 novembre 1888. En ce qui concerne la forme du roman, deux parties s'imbriquent alternativement. D'un côté, nous sommes plongés en 1888 où différents points de vues nous sont proposés et de l'autre, nous suivons Amelia dans sa recherche, en 1941. Cette alternance est intéressante parce que les deux époques se répondent. Dès que le personnage principal découvre un élément, nous avons de suite le penchant de l'autre époque. J'ai trouvé cela très intéressant. C'est comme si tous les éléments se faisaient écho.

    Pour ce qui est du fond, nous avons une multitude de détails qui donnent à l'ensemble un côté très réaliste. Michel Moatti a dû faire un travail de titan au niveau de la documentation.  J'ai aimé connaître tous ces détails qui m'ont permit de me plonger encore plus dans cet univers. Ensuite, j'ai été impressionnée par la capacité de l'auteur à moduler son style aussi facilement en fonction du personnage engagé. Nous avons affaire à un style tranché et bien en corrélation avec l'histoire. C'était un pur régal que de se plonger dans ce roman!

    Le seul point négatif que je pourrais trouver, est que le rythme est assez lent. Pour avoir un coup de cœur, j'ai besoin de me sentir happée par l'histoire avec plus d'intensité. Et là ça n'est pas le cas. mais en même temps, ce rythme lent sert l'atmosphère étouffante et sombre de l'histoire. Tout comme le personnage d'Amelia, on est en recherche du coupable, on se pose des questions, on émet des hypothèses etc.

    Enfin, même si la révélation n'a pas été une surprise pour ma part, le moyen de la découvrir est tout à fait original et intéressant. Ayant fait des études de psychologie, j'ai complètement adhéré.

    Si vous aimez l'univers des tueurs en série, les histoires sombres et brumeuses, les enquêtes et les romans historiques, vous ne pourrez qu'aimer ce roman. Celui-ci est la preuve que nous n'avons pas à rougir de nos auteurs français.

     

    XOXO

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Titre: Step BrotherStep brother de Penelope Ward

    Auteure: Penelope Ward

    Edition: Hugo roman

    Collection: New romance

    Nombre de pages: 313

    ISBN: 978-2-7556-2337-6

    Step brother de Penelope Ward

     

    Quand Greta a appris que son demi-frère venait vivre avec eux, elle était à la fois curieuse et heureuse de faire la connaissance du fils de son beau-père. Malheureusement, elle va vite déchanter. Elec est tout simplement odieux avec elle. Pourtant, elle se sent attirée par ce garçon tatoué qui semble tout faire pour cacher ses blessures. Lentement, leur relation évolue, il s'ouvre petit à petit à elle, jusqu'à une nuit inoubliable.

    Le lendemain, Elec est parti. Il disparaît de sa vie aussi vite qu'il y est apparu.

    Sept ans plus tard, un drame familial les réunit à nouveau. Greta comprend alors que l'adolescent qui s'amusait à la faire tourner en bourrique est devenu un homme très séduisant qui va faire chavirer son cœur.

     

    Alerte! Ceci est une lecture coup de cœur! Voilà, c'est dit.

    J'ai adoré cette romance. A la lecture de la quatrième de couverture, j'avais très envie de lire ce roman. Et je ne suis pas déçue.

    Tout d'abord, je n'ai pas pris cette histoire comme quelque chose de tabou. Certes, c'est une histoire d'amour entre un demi-frère et une demi-soeur, mais ils n'ont aucun lien de sang, donc bon... Je sais que certains ont ressenti une gêne, mais pour moi, ça n'est pas le cas. Par contre, si ce genre de rapport vous déplait, passez votre tour.

    Ce roman est plutôt court mais le découpage qui en a été fait donne l'impression que la trame est bien fournie. Il est composé de deux parties. La première relate la rencontre entre Alec et Greta. On suit leur relation sur environ un an. Celle-ci commence assez difficilement entre ces deux personnages puisqu'Alec ne cesse de chercher des noises à Greta. Celle-ci est d'ailleurs un peu naïve à certains moments mais on lui pardonne lorsqu'elle se venge. 

    J'ai vraiment aimé la façon dont Penelope Ward tisse les liens entre ces deux-là. On sait pertinemment ce qui va arriver mais le chemin qu'ils empruntent est jouissif. C'est un peu le jeu du chat et de la souris et ce va et vient est plaisant à lire. Alec est un personnage masculin pour lequel on a beaucoup d'empathie même si à de nombreuses reprises, on a envie de le gifler. On comprend, par ses actions, qu'il tombe petit à petit amoureux de Greta et c'est un élément que j'aime découvrir lorsque je lis de la romance.  Greta, quant à elle, à un côté un peu trop lisse. On a l'impression qu'elle vit dans le monde des bisounours. Mais heureusement, son personnage évolue rapidement et elle gagne en maturité.

    La deuxième partie du roman se concentre sur le retour d'Alec. En effet, un événement va faire qu'il va être obligé de revenir et de croiser de nouveau Greta. Qu'on se le dise, il n'y a pas vraiment de suspense concernant cet événement. Je ne vous dis pas comment on retrouve notre couple mais sachez que la lumière se fait sur la situation familiale d'Alec. Il est vrai que l'auteure sème tout au long du livre des indices qui nous font comprendre que la vie d'Alec est parsemée de secrets. Et là, j'avoue ne pas avoir découvert LE secret.

    Donc je lève mon chapeau à Penelope Ward, qui, en trois cents pages, a su écrire une histoire digne de ce nom, avec de la romance, du suspense, des enjeux et une bonne fin. Les personnages sont top, l'histoire est top et originale, on passe par des sentiments très forts et cette lecture laisse un vide lorsqu'on la termine. Ceci est pour moi un gage indéniable d'une très bonne lecture. Je recommande ce roman à deux cents pour cent.

     

    XOXO

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Titre: Royal saga, tome 2; Captive-moi

    Auteure: Geneva Lee

    Editions: Hugo roman

    Collection: New romance

    Nombre de pages: 356

    ISBN: 978-2-7556-2334-5

    Royal saga tome 2 de Geneva Lee

    Clara Bishop a le cœur brisé de sa séparation avec Alexander, le prince de Cambridge. Elle se réfugie dans le travail, mais il lui est impossible de vivre pleinement sans lui. Quand elle découvre qu'il cherche à la retrouver, elle se décide à accepter une relation avec lui, quelle qu'elle soit. Mais accepter de vivre avec Alexander, c'est accepter de lutter contre ses démons, accepter sa domination, ses secrets, à moins que...

     

    Dans ce deuxième opus, on retrouve Clara complètement dévastée, qui n'arrive pas à oublier Alexander. On sent qu'elle lutte pour ne pas lui courir après. Une bonne partie du roman est consacrée à la vie qu'elle mène sans lui. Mais, on s'en serait douté, Alexander va tout faire pour la reconquérir. D'ailleurs, je trouve que ça se fait un peu trop facilement finalement. Mais ça n'est qu'un détail...

    Au niveau de l'intrigue, on a les mêmes problématiques que dans le premier roman. A savoir le passé de Clara qui ressurgit, les secrets de famille de Clara et d'Alexander, sans oublier la vilaine petite garce qui veut mettre le grappin sur le beau jeune homme. Certes, cette saga n'est pas complètement originale, mais on est toutefois embarqué dans cette histoire où il y a un côté addictif indéniable. On a envie de savoir ce qu'il va se passer pour ce couple, auquel on s'attache.

    En ce qui concerne la romance, il me semble que Clara et Alexander gagnent en maturité et leur amour est de plus en plus fort. Même si ça ne fait pas longtemps qu'ils se connaissent, le relation est bien exploitée. Par contre, il y a beaucoup trop de scènes de sexe! J'aime les romans érotiques lorsque, justement, ces parties servent un minimum à l'histoire. Hors, ici, ça n'est pas toujours le cas. La moitié de ces scènes ne servent à rien si ce n'est à casser le rythme de la trame principale.

    J'ai bien aimé cette suite, qui reste une assez bonne romance, je lirai donc le tome 3 qui est déjà dans ma pile à lire.

     

    XOXO

     

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Titre: Maybe not

    Auteure: Colleen Hoover

    Editions: Hugo roman

    Collection: New romance

    Nombre de pages: 146

    ISBN: 978-2-7556-2325-3

    Maybe not de Colleen Hoover

    Quand Bridgette débarque dans la coloc, Warren hésite. Ce pourrait être une expérience excitante de cohabiter avec une jolie brunette... Mais peut-être pas.

    Surtout quand cette fille est franchement froide et très têtue. Rapidement, la tension est tellement palpable que ces deux-là ont du mal à rester dans la même pièce. Mais Warren a une théorie: quand on est capable de tant de haine, on peut facilement transformer ces sentiments en passion. Et il a bien l'intention de la tester sur Bridgette. Réussira-t-il a réchauffer son cœur et lui apprendre à aimer?

     

    Voici le suite de Maybe Someday, un très gros coup de cœur de 2016. Il ne s'agit pas vraiment d'un tome 2 mais plutôt d'une nouvelle. Elle concerne les deux autres membres de la colocation, Warren et Bridgette. Alors je n'attendais pas trop de cette suite.

    D'ailleurs, je me suis demandé pendant un moment si j'allais lire ce roman parce que Bridgette n'est pas vraiment un personnage que j'affectionne. Elle est plutôt antipathique, assez grande gueule et méchante. En tout cas, elle n'est pas un personnage auquel on adhère. Mais finalement, le livre n'est pas très long donc pourquoi pas?

    Dans un premier temps, mon avis est que c'est une nouvelle qui n'est pas nécessaire. J'ai été plutôt contente de retrouver Ridge et Sydney ,même si, finalement, on n'en apprend pas plus sur leur relation puisqu'ils sont vraiment au second plan.

    En ce qui concerne nos deux protagonistes principaux, Warren est le genre de type très avenant et assez drôle. Il ne se laisse pas démonter. En revanche, pour ce qui est de Bridgette, je n'en démord pas, elle est vraiment agaçante. De plus, je trouve que les révélations la concernant n'excuse en rien son comportement. D'ailleurs, j'ai eu le sentiment que ce côté-là de l'histoire n'était pas vraiment réaliste, pour le coup. Elle est exécrable à un point que ça en devient un peu loufoque. 

    Mais pour relativiser mon jugement, n'oublions pas que la plume de Colleen Hoover est envoûtante, j'en ai presque oublié tous les défauts. Je dis bien presque...

    Vous l'aurez donc compris, ce fut une lecture sympathique mais pas transcendante.

     

    XOXO

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique